GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies a été formellement approuvé par les pays présents à Marrakech
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une : quelle politique étrangère pour les Etats-Unis en cas de victoire des républicains ?

    La presse des Etats-Unis revient largement sur le débat qui a eu lieu mercredi soir entre les différents candidats aux primaires dans le camp républicain. Le New York Times annonce la couleur : « La position des candidats républicains démontre l’absence de ligne directrice au sein de leur parti sur la politique étrangère et sécuritaire du pays dix ans après le 11-Septembre », affirme d’emblée le journal. « Ils ont mis de côté toutes les questions concernant l’Afghanistan, le Pakistan et à propos de l’immigration illégale et Newt Gingrich a eu des propos qui pourraient lui valoir des ennuis », écrit le journal. Le candidat a en effet proposé que les clandestins qui sont depuis des décennies dans le pays, qui sont intégrés, qui paient des impôts puissent rester. « Une position dangereuse pour lui », estime le journal. D’ailleurs Michele Bachmann ne s’y est pas trompée et elle a immédiatement récupéré l’argument au vo : « ça veut dire que 11 millions d’immigrés clandestins deviendraient subitement légaux », lui a-t-elle répliqué. Une formulation choc qui aura probablement marqué les esprits.

    Affaire Bélisaire en Haïti : démission du ministre de la Justice


    « Josué Pierre-Louis préfère la démission à la motion de censure », titre Le Nouvelliste. En effet le ministre de la Justice et de la Sécurité publique n’a pas attendu le « couperet du Sénat qui serait probablement intervenu en janvier au retour de vacances des sénateurs », selon le journal. Ce sont toujours les suites de l’affaire Bélizaire, du nom de ce député qui a été arrêté le 27 octobre dernier à l’aéroport de Port-au-Prince, sans tenir compte de son immunité parlementaire et très probablement parce qu’il avait tenu des propos contre le président Martelly. Son arrestation avait provoqué la colère dans les rangs de l’Assemblée nationale et du Sénat.

    La commission d’enquête créée après cette affaire a démontré l’implication du ministre ainsi que celui du ministre de l’Intérieur Thierry Mayard-Paul qui lui pourrait être sauvé par la démission de son collègue.

    L’Oregon renonce à la peine de mort

    Le gouverneur de l’Oregon a décidé que, tant qu’il serait en poste, il n’y aurait plus d’exécution dans cet Etat. L’Oregon Herald souligne que cette décision sauve la vie de Gary Haugen, un condamné pour meurtre, qui a épuisé tous les recours et devait être exécuté le 6 décembre prochain. Ce qui est étonnant et que souligne le journal, c’est que l’Oregon a exécuté deux prisonniers aux cours des 49 dernières années et que c’était à chaque fois sous le mandat de ce gouverneur John Kitzhaber. « C’est le moment de changer de politique », estime le gouverneur cité par le Oregon Herald. « Je ne veux plus prendre part à une compromission et à un système injuste ». « Les deux fois où j’ai eu à prendre la décision d’autoriser une exécution sont les pires moments que connus en tant que gouverneur », confie encore au journal John Kitzhaber.

    Le ceinturon du juge lui vaut d’être démis de ses fonctions

    A la Une photo du Los Angeles Times, un homme apparaît souriant et jovial. Ce juge, William Adams vient pourtant d’être suspendu par la Cour suprême du Texas pour avoir frappé avec un ceinturon sa fille en 2004 alors qu’elle était adolescente. L’affaire a éclaté le 27 octobre dernier lorsque la vidéo de la scène a été publiée sur Internet. Dans la scène qui dure 7 minutes, le juge Adams fait preuve avec sa femme d’une violence qui confine au sadisme envers leur fille. Il a donc été démis de ses fonctions. Ironie du sort, il a été piégé par l’ordinateur alors qu’il reprochait précisément à sa fille de l’avoir utilisé pour charger illégalement des jeux et des chansons. Il affirme qu’elle se venge parce qu’il lui refuse de conduire la Mercedes. Elle affirme avoir posté cette vidéo parce que le harcèlement se poursuit. Une enquête a été ouverte.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.