GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    Amériques

    Le chef de la police new-yorkaise présente des excuses pour un film anti-islam

    media Le chef de la police de New York Raymond Kelly (g) aux côtés de Maan Al-Sahlani, responsable de The Imam al-Khoei Foundation , à l’issue d’une conférence de presse, après une attaque le 1er janvier, contre une mosquée, New York, le 03 janvier 2012 . REUTERS/Eduardo Munoz

    Le chef de la police new-yorkaise fait son mea culpa pour un film anti-islam. Raymond Kelly a déclaré que « Le 3e jihad » qui assimilait de nombreux musulmans américains à des extrémistes, partisans de la guerre sainte, n’aurait jamais dû être projeté devant des policiers new-yorkais, en formation contre le terrorisme.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Le film intitulé « Le 3e jihad » est un pamphlet virulent contre l’Islam, affirmant que le leadership musulman américain essaie de dominer les Etats-Unis. Si au nom de la liberté d’expression, ce genre de documentaire est toléré, ce qui ne l’est pas c’est qu’il ait été projeté en 2010 en boucle devant quelque 1500 policiers new-yorkais suivant un cours de contre-terrorisme.

    La révélation de cette projection par le New York Times a créé des tensions entre le Département de la police et la communauté musulmane de la ville dont certains membres ont demandé la démission de Raymond Kelly, le patron des policiers new-yorkais. Celui-ci vient de reconnaître que le film n’aurait pas dû être montré à ses agents. Il a qualifié le documentaire «d’excessif et d’incendiaire». Détail génant : il figure lui-même dans le film.

    Il avait accordé une interview à son réalisateur, dans laquelle il parle en termes généraux d’un attentat biologique ou nucléaire, mais sans critiquer les musulmans. Le maire Mike Bloomberg est venu à son secours, soulignant que Kelly a de bonnes relations avec les musulmans, et ajoutant : « il a visité plus de mosqués que ne l’ont fait nombre de pratiquants ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.