GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Une écrasante majorité du Parlement tunisien a retiré samedi soir sa confiance au gouvernement de Habib Essid, sous pression depuis que le président Béji Caïd Essebsi a souhaité un cabinet d'union nationale il y a deux mois. Comme prévu, les député ont majoritairement désavoué le gouvernement, 118 votant contre, 3 pour et 27 s'abstenant.

    Dernières infos
    • Mali: l'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'à fin mars 2017 (officiel)
    Amériques

    En Haïti, le Sénat demande au président de fournir des informations sur sa nationalité

    media Le président haïtien Michel Martelly à Port-au-Prince, le 11 janvier 2012. Reuters/Swoan Parker

    En Haïti, le conflit entre les sénateurs et le président de la République ne s'apaise pas : les élus doutent de la nationalité haïtienne de Michel Martelly, ce qui remettrait en cause sa capacité à diriger le pays.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Michel Martelly serait-il détenteur d'un passeport étranger ? Aurait-il par le passé été Américain ou bien Italien, et donc renoncé un temps à sa nationalité haïtienne ce qui l'empêcherait aujourd'hui d'être président.

    Des sénateurs de l'opposition le clament haut et fort. Une commission d'enquête a été lancée depuis plusieurs semaines par la Chambre haute mais le chef de l'Etat se refuse à fournir un quelconque document prouvant son identité haïtienne. Il est vrai que, légalement, rien n'oblige Michel Martelly à se plier aux demandes des sénateurs mais les élus en appellent au patriotisme du président.

    Dans une lettre ouverte adressée au chef de l'Etat, les élus expliquent que ce doute sur sa nationalité accélère « la descente aux enfers du pays ». Et certains sénateurs vont plus loin et menacent de bloquer la formation d'un nouveau gouvernement. Si Michel Martelly ne transmet pas son passeport à la commission d'enquête, ils ne voteront pas la ratification d'un nouveau Premier ministre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.