GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Aujourd'hui
Samedi 26 Mai
Dimanche 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Haïti : le président Martelly met fin à la polémique autour de sa supposée double nationalité

    media

    Le président haïtien n'est pas un citoyen américain. Michel Martelly a mis fin à la polémique qui courait sur sa possible double nationalité en montrant au public ses huit passeports haïtiens. Cela fait trois mois que la nationalité du président haïtien et celle des membres de son gouvernement fait l'objet de doutes. Une commission d'enquête a même été créée par le Sénat.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    C'est non sans fierté que Michel Martelly a brandi ses huit passeports bleus marqués de l'emblème de la République d'Haïti. Devant un parterre d'officiels, de diplomates étrangers le président haïtien a montré aux journalistes ses documents d'identité. Une action qui contribue selon le chef de l'Etat à la stabilité du pays :

    « Je reste persuadé qu'à l'heure où je fais acte de transparence, devant le peuple haïtien, et devant le monde entier, je prouve une fois de plus ma bonne foi et je trouve aussi à nouveau que ce président Michel Joseph Martelly ne connait pas le mensonge. C'est un Haïtien natif natal, tête chauve ».

    Cela fait plusieurs longues semaines que les sénateurs du pays réclament au chef de l'Etat la présentation de ces passeports, depuis qu'un élu avait accusé Michel Martelly d'avoir, par le passé, disposé de passeport américain ou même italien.

    Le chef de l'Etat a préféré cette mise en scène, au Palais national, devant les caméras, pour faire taire donc les rumeurs sur sa possible double nationalité. Michel Martelly a même demandé à l'ambassadeur des Etats Unis, présent dans l'assemblée, de prendre la parole pour confirmer qu'il n'était pas citoyen américain. 

    Ce que fait Kenneth Merten en déclarant : « Je n'ai pas le droit de discuter du dossier de qui que ce soit sans la permission de la personne concernée. Le Président m'a donné cette permission. Je peux vous informer que le président Martelly n'est pas Américain, c'est un Haïtien ».

    Mais la polémique sur la double nationalité des membres du pouvoir exécutif n'est pas encore terminée car les sénateurs attendent désormais les documents d'identité de Laurent Lamothe, le candidat choisi par Michel Martelly pour le poste de Premier ministre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.