GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Barack Obama veut mettre fin à la dépendance énergétique des Etats-Unis

    media

    Barack Obama a annoncé dans sa causerie hebdomadaire, qu’il voulait réduire la dépendance énergétique des Etats-Unis. Cette annonce a été faite au moment où la cote de popularité du président américain est descendue à 41% en raison notamment de la hausse du prix de l’essence, et en dépit d'une embellie sur le front de l'emploi, selon un sondage paru le 12 mars, à huit mois de la présidentielle de novembre.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    La popularité de Barack Obama baisse au fur et à mesure que le prix de l’essence augmente. Ce qui explique qu’il ait choisi de parler énergie dans son discours radio-internet du samedi 17 mars. Il y a défendu sa politique, rappelant que les Etats-Unis avaient produit au cours de huit dernières années plus de pétrole que jamais.

    Le président américain a voulu en partie détourner le blâme de l’essence chère vers les compagnies pétrolières : « Alors que les grosses compagnies gagnent plus d’argent que jamais, nous continuons de leur donner chaque année 4 milliards de dollars de votre argent en subventions. Je compte sur le Congrès pour voter la fin de ces subventions. Vos élus devraient se battre pour vous. Pas pour les grosses sociétés financières. Pas pour les grosses compagnies pétrolières. Ils peuvent parier sur les énergies fossiles du siècle dernier, ou parier sur l’avenir de l’Amérique ».

    Un avenir que Barack Obama voit reposer sur les sources alternatives telles que le soleil et le vent, ainsi que sur des voitures moins gourmandes en essence. Notant qu’en 2010, les Etats-Unis avaient acheté moins de pétrole étranger qu’en 13 ans, il a tout de même rappelé que le pays ne disposait que de 2% des réserves pétrolières mondiales, alors qu’il en consommait 20%.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.