Haïti : le président Martelly accusé de corruption - Amériques - RFI

 

  1. 12:00 TU Journal
  2. 12:10 TU Sessions d'information
  3. 12:30 TU Journal
  4. 12:33 TU Sessions d'information
  5. 12:40 TU Grand reportage
  6. 13:00 TU Journal
  7. 13:10 TU Séries
  8. 13:30 TU Journal
  9. 13:33 TU Séries
  10. 14:00 TU Journal
  11. 14:10 TU Autour de la question
  12. 14:30 TU Journal
  13. 14:33 TU Autour de la question
  14. 15:00 TU Journal
  15. 15:10 TU Priorité santé
  16. 15:30 TU Journal
  17. 15:33 TU Priorité santé
  18. 16:00 TU Journal
  19. 16:10 TU Couleurs tropicales
  20. 16:30 TU Journal
  21. 16:33 TU Couleurs tropicales
  22. 17:00 TU Journal
  23. 17:10 TU Grand reportage
  24. 17:30 TU Journal
  25. 17:33 TU Sessions d'information
  1. 12:00 TU Journal
  2. 12:10 TU Grand reportage
  3. 12:30 TU Sessions d'information
  4. 13:00 TU Journal
  5. 13:10 TU Sessions d'information
  6. 13:30 TU Journal
  7. 13:33 TU Danse des mots
  8. 14:00 TU Journal
  9. 14:10 TU Autour de la question
  10. 14:30 TU Journal
  11. 14:33 TU Autour de la question
  12. 15:00 TU Journal
  13. 15:10 TU Priorité santé
  14. 15:30 TU Journal
  15. 15:33 TU Priorité santé
  16. 16:00 TU Journal
  17. 16:10 TU Couleurs tropicales
  18. 16:30 TU Journal
  19. 16:33 TU Couleurs tropicales
  20. 17:00 TU Journal
  21. 17:10 TU 7 milliards de voisins
  22. 17:30 TU Journal
  23. 17:33 TU 7 milliards de voisins
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Sessions d'information
Urgent

Agathon Rwasa a été élu 1er vice-président de l’Assemblée nationale par 108 voix sur 112, dont celles des députés du CNDD-FDD, le parti au pouvoir au Burundi. Agathon Rwasa était parmi les leaders de l’opposition dénonçant la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat présidentiel. Il avait également affirmé ne pas reconnaître les résultats de l’élection présidentielle du 21 juillet dernier.

fermer

Amériques

Haïti Michel Martelly

Haïti : le président Martelly accusé de corruption

media

Haïti et la République dominicaine sont secouées par un scandale de corruption. Un sénateur dominicain aurait versé d'importantes sommes, parfois en liquide, à des personnalités politiques des deux pays dont l'actuel président haïtien. Michel Martelly dément catégoriquement les accusations et parle de lynchage médiatique.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

C'est un reportage diffusé sur la télévision dominicaine qui est à l'origine du scandale. Avec de nombreux documents à l'appui, il est expliqué comment le sénateur dominicain Felix Bautista a créé un cartel d'entreprises dans le domaine de la construction et comment il s'en serait servi pour verser de l'argent à divers partis politiques.

Le nom de Michel Martelly y est cité car il aurait perçu des centaines de milliers de dollars, durant sa campagne électorale mais également après son accession à la présidence. Au total, ce serait plus de 2,5 millions de dollars, versés en chèques ou en liquide que le chef de l'Etat haïtien aurait reçu de l'homme d'affaires et politicien dominicain. Des accusations jugées fantaisistes et rejetées en force par Michel Martelly.

Dans un communiqué écrit, la présidence parle d'une « campagne d'intoxication de l'opinion publique », « d'attaques en règle » contre le président pour nuire à son intégrité. Un nouveau scandale dont le président haîtien se serait bien passé à l'heure où des parlementaires le soupçonnent toujours d'avoir une double nationalité.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.