GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le dossier Repsol continue d'empoisonner les relations entre l'Espagne et l'Argentine

    media Le logo de Repsol à la Torre Espacio, le 13 avril 2012 à Madrid. ©Reuters.

    Madrid dénonce une «agression» de la part de l’Argentine. Au coeur du conflit entre les deux pays, le groupe YPF, qui est une filiale argentine du géant pétrolier espagnol Repsol, filiale dont Buenos Aires pourrait éventuellement prendre le contrôle. Le gouvernement espagnol a donc haussé le ton face à la présidente Cristina Fernandez de Kirchner afin de renoncer à ce projet.

     

    Avec notre correspondante à Madrid, Martine Pouchard

    Pour le moment, il s’agit par voie diplomatique de faire pression sur l’Argentine et au plus haut niveau. L’ambassadeur d’Argentine en Espagne, Carlos Antonio Bettini, a été reçu plus de trois quarts d’heure par le ministre des Affaires étrangères José Manuel Garcia Margallo qui lui a signifié de manière très claire que toute agression contre la compagnie Repsol, « serait considérée comme un affront contre le gouvernement espagnol , qui prendrait alors toutes les mesures qu’il considère opportunes », sans préciser pour autant la nature d’éventuelles représailles.

    Le gouvernement espagnol a, par aillleurs, fait appel à ses alliés et a reçu l’appui du département d’Etat américain par l’intermédiaire de l’ambassadeur des Etats-Unis en poste à Madrid, du Mexique à la tête du G20 et de l’Union européenne.

    Manuel Barroso a contacté personnellement la présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner. En fait , il s’agit de trouver une solution de bon sens, une voie de dialogue pour éviter la décision qui pourrait être prise par l’Argentine d’exproprier la compagnie pétrolière espagnole.

    L’Espagne très fermement rappelle que le pire des scénarios serait la rupture des relations économiques et fraternelles que maintiennent les deux pays depuis des décennies.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.