A la Une : Newt Gingrich quitte la course à l'investiture républicaine - Amériques - RFI

 

  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Priorité santé
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Priorité santé
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU Couleurs tropicales
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU Couleurs tropicales
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:15 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Journal
  16. 03:33 TU Sessions d'information
  17. 03:40 TU Accents d'Europe
  18. 04:00 TU Journal
  19. 04:15 TU Sessions d'information
  20. 04:30 TU Journal
  21. 04:33 TU Sessions d'information
  22. 04:40 TU Grand reportage
  23. 05:00 TU Journal
  24. 05:15 TU Sessions d'information
  25. 05:30 TU Journal
  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Priorité santé
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Priorité santé
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU Couleurs tropicales
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU Couleurs tropicales
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:15 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Sessions d'information
  16. 04:00 TU Journal
  17. 04:15 TU Sessions d'information
  18. 04:30 TU Sessions d'information
  19. 05:00 TU Journal
  20. 05:15 TU Sessions d'information
  21. 05:30 TU Sessions d'information
  22. 06:00 TU Journal
  23. 06:15 TU Sessions d'information
  24. 06:30 TU Journal
  25. 06:43 TU Sessions d'information
fermer

Amériques

Etats-Unis Présidentielle américaine 2012 Revue de presse

A la Une : Newt Gingrich quitte la course à l'investiture républicaine

media

« L'au revoir de Newt Gingrich a été aussi chaotique que l'ensemble de sa campagne », écrit le Washington Post dans son éditorial. « Le discours que l'ancien président de la chambre des représentants a tenu devant quelques 150 personnes dans un hôtel à Arlington en Virginie, a été marqué par une absence totale de maîtrise de soi ».

« Pendant les 23 minutes qu'a duré sa déclaration d'adieu », poursuit le journal, « Newt Gingrich a parlé de l'exploitation commerciale d'astéroïdes, de l'empereur Guillaume II, du détroit d'Ormuz, de la maladie d'Alzheimer, de l'économie chinoise, de l'islamisme radical, de ses années au lycée, des anciens présidents américains Nixon, Carter et Reagan, du service civique, de l'autisme, des hologrammes et de l'Union soviétique. Celui qui a voulu représenter le camp conservateur du Parti républicain a parlé de plein de choses pendant son discours », constate le Washington Post, « mais il n'a rien dit sur le seul sujet qui intéressait vraiment les journalistes et partisans présents, à savoir: si oui ou non il apportera son soutien à Mitt Romney ».
 
A en croire les médias américains, Newt Gingrich a pourtant plutôt intérêt à se montrer conciliant envers le futur candidat républicain à l'élection présidentielle. C'est en tout cas ce que souligne la radio publique américaine, NPR (National Public Radio) : « Avec plus de 4 millions de dollars de deficit, les comptes de campagne de Newt Gingrich sont dans le rouge », peut-on lire sur le site internet. « Mais il existe une manière simple de régler ce souci : convaincre le gagnant de la primaire de régler la facture. C'est d'ailleurs une habitude lors des primaires aux Etats-Unis », fait remarquer NPR. « Il y a quatre ans, Barack Obama avait rendu ce service à Hillary Clinton quand celle-ci avait quitté la course et s'était trouvée dans une situation financière délicate. L'équipe de Mitt Romney s'est d'ailleurs d'ores et déjà proposée pour venir en aide à Newt Gingrich. Mais l'entourage de ce dernier n'a pas encore répondu », conclut NPR.
 
L'échec de la campagne de Newt Gingrich montre aussi le pouvoir des « super PAC », des comités d'action politique, qui permettent aux entreprises et aux riches particuliers de participer sans limite au financement d'une campagne électorale. « Cette nouveauté, introduite en 2010 par une décision de la Cour suprême, a profondément changé le jeu électoral américain et largement influencé la campagne de Newt Gingrich », estime le San Francisco Chronicle. « L'argent de la Super PAC pro-Gingrich l'a maintenu à flot plus longtemps qu'il l'aurait été sans ce soutien », constate le journal. « Et quand la source s'est tarie, Gingrich s'est flétri ».
 
Chen Guangcheng voudrait quitter la Chine
La presse américaine s’interroge aussi sur les conditions dans lesquelles, le dissident chinois, Chen Guangcheng a été remis aux autorités chinoises, alors qu’il avait trouvé refuge à l’ambassade américaine de Pékin. « Course-poursuite, négociations secrètes et arrière-pensées » titre le New York Times à propos de cette affaire dont le journal a obtenu de nouveaux détails. Il révèle ainsi que l’avocat chinois aveugle a été blessé pendant sa fuite nocturne, que des activistes ont lancé des appels au département d’Etat américain pour qu’il le protège au moment où il arrivait dans l’ambassade après une course-poursuite dans les rues de Pékin. « L’histoire comporte des intrigues, des héros et finalement, ce que les activistes appellent une trahison » estime le New York Times. Au bout du compte, « c'est l’épisode le plus dramatique dans la longue et difficile histoire entre la Chine et les Etats-Unis ».
L’article raconte aussi comment c’est presque par hasard que l’avocat a atterri à l’ambassade : il ne voulait pas partir à l’étranger, il était blessé. Ce sont donc les diplomates américains qui ont envoyé une voiture pour le soigner. A lire ensuite dans le New York Times, tout le déroulé des négociations entre la Chine et les Etats-Unis.
L’affaire Trayvon Martin 
Le Miami Herald raconte aujourd'hui comment le compte MySpace de George Zimmermann risque de jouer contre lui. En effet, bien avant de tirer sur l’adolescent noir et de le tuer, George Zimmermann s’est épanché sur ce réseau social. Et ce qu’il dit, notamment sur les Mexicains est sans équivoque : « vous ne pouvez pas vous heurter à un Mexicain sans qu'il vous mette un couteau sous le nez ». La défense de George Zimmerman, citée par le Miami Herald, prévient que si les réseaux sociaux doivent être utilisés, ils le seront des deux cotés et que le compte Facebook de Trayvon Martin pourrait aussi entacher son image de victime. Mais le journal rappelle que le compte de l'adolescent noir a été depuis piraté, notamment par les membres d'un groupuscule en faveur de la suprématie blanche. Il sera donc difficile de faire le tri...

 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.