GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Parlement argentin renationalise le groupe pétrolier YPF

    media

    En Argentine, le gouvernement a obtenu l’appui de la plupart des partis d’opposition pour faire voter dans la nuit du jeudi au vendredi 4 mai le projet de loi qui fait passer le groupe YPF, principal producteur de pétrole du pays, sous le contrôle de l’Etat, en expropriant 51% des actions appartenant jusqu’ici au pétrolier espagnol Repsol. La mesure, qui a suscité une crise entre Buenos Aires et Madrid, est soutenue par la majorité des Argentins, pour qui il s’agit d’une renationalisation, YPF ayant été privatisée dans les années 90.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    207 voix pour, 32 contre, 6 abstentions : c’est à une très large majorité et dans un climat d’euphorie que les députés argentins ont adopté le projet de loi renationalisant la compagnie pétrolière YPF. Radicaux, socialistes et partis de gauche ont accompagné les péronistes au pouvoir. Le député et cinéaste Fernando Pino Solanas, qui avait lutté contre la privatisation d’YPF dans les années 90, en oubliait même ses critiques à la présidente Cristina Fernandez de Kirchner : « Nous sommes ici pour construire une grande politique d’Etat et mettre à profit cette unité nationale ».

    Pour Agustín Rossi, le président du groupe parlementaire péroniste, cette quasi-unanimité est aussi un signal adressé à l’étranger : « N’importe quel observateur international devra voir ce que signifie que 207 députés et 63 sénateurs aient voté en faveur de notre projet. Cela montre que c’était une initiative accompagnée par la majorité des forces politiques de l’Argentine ».

    Il est vrai que l’Espagne a baissé le ton ces derniers jours, se contentant de demander une juste indemnisation pour les actions qui appartenaient à Repsol. Reste maintenant aux Argentins à démontrer que la nouvelle YPF, contrôlée à 51 % par l’Etat, pourra résoudre les problèmes énergétiques du pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.