A la Une : le programme des « 5 E » adopté par le Sénat haïtien - Amériques - RFI

 

  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Journal
  3. 04:34 TU Sessions d'information
  4. 04:40 TU Ici l'Europe
  5. 05:00 TU Journal
  6. 05:15 TU Sessions d'information
  7. 05:30 TU Journal
  8. 05:34 TU Sessions d'information
  9. 05:40 TU Grand reportage
  10. 06:00 TU Journal
  11. 06:15 TU Sessions d'information
  12. 06:30 TU Journal
  13. 06:40 TU Sessions d'information
  14. 07:00 TU Journal
  15. 07:15 TU Sessions d'information
  16. 07:30 TU Journal
  17. 07:43 TU Sessions d'information
  18. 08:00 TU Journal
  19. 08:10 TU Une semaine d'actualité
  20. 08:30 TU Journal
  21. 08:33 TU Une semaine d'actualité
  22. 09:00 TU Journal
  23. 09:10 TU Atelier des médias
  24. 09:30 TU Journal
  25. 09:33 TU Atelier des médias
  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Sessions d'information
  3. 05:00 TU Journal
  4. 05:15 TU Sessions d'information
  5. 05:30 TU Sessions d'information
  6. 06:00 TU Journal
  7. 06:15 TU Sessions d'information
  8. 06:30 TU Journal
  9. 06:43 TU Sessions d'information
  10. 07:00 TU Journal
  11. 07:15 TU Sessions d'information
  12. 07:30 TU Sessions d'information
  13. 07:43 TU Sessions d'information
  14. 08:00 TU Journal
  15. 08:10 TU Archives d'Afrique
  16. 08:30 TU Journal
  17. 08:40 TU Archives d'Afrique
  18. 09:00 TU Journal
  19. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  20. 09:30 TU Journal
  21. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  22. 10:00 TU Journal
  23. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  24. 10:30 TU Journal
  25. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
fermer

Amériques

Canada Cuba Environnement Etats-Unis France François Hollande Haïti Nicolas Sarkozy

A la Une : le programme des « 5 E » adopté par le Sénat haïtien

Haïti a non seulement un Premier ministre mais aussi un programme de gouvernement. Laurent Lamothe l’a présenté hier au Sénat et l’a baptisé les « 5 E » : Economie et Emploi, Education, Energie, Etat de droit et Environnement. (Si vous avez bien compté, cela en fait même 6 mais le Premier ministre rassemble Economie et Emploi). « Unanimité au Sénat pour Lamothe », titre Le Nouvelliste. Le vote est en effet sans appel : vingt voix pour, zéro contre et zéro abstention. Le nouveau Premier ministre a promis que « L’histoire retiendra qu’un gouvernement Martelly-Lamothe aura travaillé sans relâche, nuit et jour, à la construction d’une société plus juste, plus inclusive et à l’édification d’un véritable Etat de droit ». Les Haïtiens attendent très probablement de le voir pour y croire… En attendant, le programme doit encore être ratifié par la Chambre des députés.

Bras de fer syndical en Floride
 
Le Miami Herald publie la photo de manifestants assis par terre, une pancarte autour du cou avec ces mots : « Je choisis la liberté, pas la peur ». Il s’agit en fait de salariés du casino de Hallandale Beach, un casino joliment baptisé « Mardi Gras », mais dont la politique sociale ressemble visiblement à un paquet de farces et attrapes. Dix salariés ont en effet voulu créer une section locale de « Unite Here », le syndicat des employés des casinos. La direction du « Mardi Gras » a accepté mais à condition que la création de ce syndicat reste secrète. Comme cela n’a pas été le cas, les syndiqués ont été licenciés. Les manifestants ont bloqué l’accès au casino pour réclamer la réintégration des salariés licenciés et le droit de se constituer en syndicat. Vingt-trois d’entre eux ont été arrêtés mardi par la police.
 
Parmi les ouvriers d’Ikea, des prisonniers cubains ?
 
Un autre scandale social risque de faire du bruit, toujours en Floride. El Nuevo Herald en fait son premier titre : « Les six membres du Congrès, qui sont d’origine cubaine, ont exigé une réunion d’urgence avec le président d’Ikea en charge de l’Amérique du Nord ». Le fabricant suédois de meubles aurait en effet eu recours à des prisonniers pour faire fabriquer ses meubles à Cuba dans les années 1980. « Nous voulons connaître les circonstances exactes qui ont conduit l’entreprise à passer un accord avec la dictature castriste pour faire construire ses meubles à Cuba », écrivent ces 6 parlementaires dans un communiqué repris par El Nuevo Herald. « C’est de la responsabilité d’une entreprise de s’assurer que ses produits sont élaborés dans des conditions décentes pour la main d’œuvre », expliquent encore ces membres du Congrès.
 
Le Canada, très mauvais élève du protocole de Kyoto
 
Le Canada est un très mauvais élève du protocole de Kyoto si l’on en croit un rapport qui vient d’être publié par le commissaire à l’Environnement. « Il dresse un constat impitoyable », titre Le Devoir. « Le Canada a réalisé non seulement un dixième de ses obligations à l’endroit du protocole de Kyoto, mais il est en voie de rater son deuxième engagement, contracté à Copenhague, car il va vraisemblablement dépasser en 2020 de 7% le niveau de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2005. Le gouvernement Harper pourrait donc se retrouver avec un écart de 24% par rapport à son objectif », explique le journal qui poursuit : « Le commissaire dresse un bilan tout aussi peu flatteur en ce qui concerne les 22 000 sites contaminés qu’abritent les terres fédérales ». « Depuis 2005, le gouvernement fédéral a dépensé 1,5 milliard pour évaluer ou décontaminer 10 600 sites. Mais il reste 857 sites à priorité élevée pour lesquels le gouvernement fédéral n’a même pas encore terminé l’évaluation environnementale », explique le journal. Même bilan pour les émissions de gaz à effet de serre : « Même s’il ramène ses émissions à 607 Mt par année, cela correspondra à une augmentation des émissions canadiennes de 3% par rapport à l’année de référence internationale, soit 1990. En comparaison, l’Europe est en train d’atteindre une réduction de 20% pour 2020 par rapport au niveau de 1990 », insiste Le Devoir.
 
« Désamour et Amour » des présidents français
 
The New York Times analyse l’élection présidentielle française sous un angle pour le moins original : la dimension amoureuse. « Désamour and Amour », titre l’éditorialiste Maureen Dowd… Elle commence par le président sortant : « Lors de la dernière élection, Nicolas Sarkozy a perdu sa femme. Au cours de celle-ci, il a perdu la France ». « Le désamour des Français sera pire à vivre pour lui que son divorce avec Cécilia. Ca ne m’étonnerait pas qu’il traverse une grave dépression », a confié un ami à la presse. L’éditorialiste du New York Times raconte les slogans de rejet entendus dimanche soir à la Bastille, notamment le désormais célèbre : « Casse-toi pauv’con » inauguré par Nicolas Sarkozy lors d’un Salon de l’agriculture. Elle décrit également les aléas des vies amoureuses de l’ancien et du nouveau président et reprenant l’expression d’un confrère, elle se demande si, « pour être président de la République en France, il ne faut pas avoir une vie amoureuse tumultueuse ». Pour l’éditorialiste, trois questions se posent maintenant : « Carla va-t-elle rester avec Nicolas ? Valérie Trierweiller va-t-elle devoir épouser son président ? Et devra-t-elle arrêter son métier de journaliste ? » Elle décrit la place qu’a occupée la compagne de François Hollande dimanche à la Bastille et elle conclut : « Amour et Désamour : c’est la vie !  » et en français dans le texte s’il vous plaît ! 
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.