GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une de la presse américaine : Barack Obama en faveur du mariage homosexuel

    Un couple d'homosexuels saluent la position de Barack Obama en faveur du mariage gay. Photo : le 9 mai au San Francisco Lesbian Gay Bisexual, en Californie. REUTERS/Stephen Lam

    A titre personnel, Barack Obama est pour le mariage homosexuel… « Le Président Obama prend un risque calculé sur le mariage homosexuel » titre le Washington Post . « C’est une décision qui comporte un réel risque politique » estime le journal. « En vrai, poursuit le Washington Post, il y a été poussé par le vice-président Joe Biden, qui s’est prononcé pour. Même si à la Maison Blanche et à la vice-présidence on affirme qu’il n’y a pas de lien, Barack Obama a quand même bien été poussé à se prononcer par son vice-président ».

     
    Avantages politiques pour Barack Obama

    Le journal énumère les avantages et les inconvénients de cette prise de position. Parmi les avantages il y a  : « L’opinion publique de plus en plus favorable au mariage entre personne du même sexe, la mobilisation de la base car les gays et les lesbiennes votent majoritairement démocrate, la mobilisation des ressources financières, car 1 donateur sur 6 est homosexuel dans le camp démocrate, le soutien des jeunes qui ne comprennent pas que ce droit ne soit pas déjà accordé et puis, depuis que Joe Biden s’était prononcé, Barack Obama risquait de s’installer dans une posture maladroite s’il ne se prononçait pas ».

    Et inconvénients :

    « Cette position de Barack Obama peut être vécue comme un changement d’attitude. Il y a aussi le vote des noirs qui sont peu favorables au mariage gay et qui votent à une écrasante majorité pour l’actuel président. Par exemple, 97% contre 1% pour Mitt Romney dans le Massachusetts. Barack Obama risque aussi de s’aliéner deux Etats qui ont été décisifs en 2008 et qui le seront encore cette année : la Virginie et la Caroline du Nord, deux états plutôt conservateurs. Enfin Barack Obama risque encore de passer pour quelqu’un qui change facilement d’avis ». « Mais le président n’avait donc pas trop le choix » conclut le Washington Post.

    « Liberté et Justice pour tous »

    L’éditorial du New York Times semble avoir choisi son camp… « C’est fait » écrit le journal en guise de préambule. Barack Obama a exposé son point de vue sur cette question sensible et il n’a pas caché que Michèle Obama avait influencé sa position.
    Le président américain n’a pas hésité à utiliser des références bibliques : « Vous connaissez la règle d’or, a expliqué le président : traiter les autres, comme vous aimeriez être traité ». « Nous sommes dans une nation un peu plus grande aujourd’hui qu’hier » estime l’éditorialiste du New York Times. « L’histoire se souviendra de ce moment avec ce président » affirme encore le journal.  

    L’euthanasie légale en Argentine

    Une autre loi fait la Une de la presse mais cette fois en Argentine. Une loi aussi sensible que celle sur le mariage homosexuel : la loi sur l’euthanasie. Pagina 12  annonce : « Elle a été adoptée hier soir à l’unanimité par le Sénat argentin. Elle prévoit qu’en fin de vie, les patients ou leurs familles pourront éviter les traitements à tout prix ». Ils pourront signer un document intitulé : « consignes anticipées » dans lequel ils exprimeront leurs volontés. Le journal rappelle que les parlementaires ont été influencés par le cas de Camila, une petite fille de 9 ans maintenue dans un état végétatif depuis sa naissance et dont les parents ont bataillé pour que les médecins puissent la laisser en paix.

    Ikéa faisait travailler les prisonniers cubains et est-allemands

    Le scandale d’Ikéa qui aurait eu recours à des prisonniers cubains pour faire fabriquer ses meubles à Cuba rebondit dans l’ex-Allemagne de l’Est. C’est El Nuevo Herald qui suit cette affaire et révèle aujourd’hui que le fait de faire fabriquer les meubles par des prisonniers cubains fait partie « d’un accord beaucoup plus vaste entre les services de sécurité de Cuba et d’Allemagne de l’Est qui incluait aussi le marché des antiquités, du tabac et des armes » explique le journal qui reprend une enquête réalisée par la presse allemande. Cette affaire sort directement de la Stasi, l’ancienne police secrète est-allemande dont les archives sont désormais publiques. Et les documents montrent que Fidel Castro a personnellement donné son accord à cette tractation.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.