GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil : Dilma Rousseff annonce la composition de la Commission vérité sur la dictature

    media La présidente brésilienne Dilma Rousseff a annoncé ce 11 mai 2012 la composition de la Commission vérité tant attendue par les rescapés. DR

    Après des mois de polémiques et de débats, la présidente brésilienne a officiellement nommé les sept membres qui composeront la Commission vérité. Elle a été créée il y a six mois pour enquêter sur les cas de violations des droits de l’homme commis pendant la dictature militaire, entre 1946 et 1988.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    Près de 400 morts, peut-être davantage. Mille disparus au moins, sans compter ceux qui ont été emprisonnés, torturés puis finalement relâchés, comme Dilma Rousseff, à l’époque militante très active d’un front de résistance à la dictature. Plus de 20 ans après le retour de la démocratie au Brésil, la plus grande incertitude règne encore sur le macabre bilan de la répression militaire.

    Ce qui compte c’est que cette commission ait tout le soutien pour garantir une enquête en toute transparence...

    Tim Cahill

    Membre de Amnesty International (au micro de Murilo Salviano).

    11/05/2012 - par RFI Écouter

    Des juges, des avocats, mais aussi un sociologue et une psychanalyste, les sept membres de la toute nouvelle Commission vérité ont deux ans désormais pour faire la lumière sur ces meurtres, tortures et disparition politiques.

    Un minutieux travail d’enquête et d’audition de témoins auquel va participer Gilson Dipp, juge au Tribunal supérieur de justice. « La Commission est complètement indépendante, déclare-t-il, elle n’est soumise à aucun organisme. Et elle va exercer son activité, dans la mesure du possible, afin que cette mémoire soit sauvée, comme d’autres pays l’ont déjà fait, sans qu’il n’y ait aucun esprit revanchard, ou de punition, car ce n’est pas l’esprit de la loi ».

    Car une loi d’amnistie, votée sous le règne des militaires, en 1979, empêche toujours toute condamnation de ceux qui pourront être accusés par la Commission de crimes commis pendant la dictature.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.