GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: la banque JP Morgan Chase, dans la tourmente, sacrifie une de ses figures

    media Le siège de la banque JP Morgan Chase à New York, le 14 mai 2012. REUTERS/Eduardo Munoz

    La banque américaine JP Morgan Chase annoncé, ce lundi 14 mai 2012, le départ d’Ina Drew, qui part à la retraite après une carrière longue de 30 ans. Un départ qui intervient aussi quelques jours après la révélation d’une perte record de courtage de deux milliards de dollars.
     

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    Elle est considérée comme l’une des femmes les plus puissantes de Wall Street. Ina Drew, 55 ans dont trente passés au sein de JPMorgan Chase. C’est une fidèle du PDG, Jamie Dimon, à qui elle aurait présenté plusieurs fois sa démission depuis fin avril et la révélation des pertes cumulées de la banque.

    L’annonce, il y a quatre jours, d’une perte supplémentaire de deux milliards de dollars sur un pari de courtage raté aura finalement eu raison de l’amitié que ces deux là se vouaient. Ina Drew part à la retraite, sacrifiée par l’entreprise où elle aura fait la totalité de sa carrière.

    JP Morgan Chase sur la sellette

    Selon la presse américaine, la purge pourrait se poursuivre au sein de JPMorgan Chase, à Londres notamment, où les dernières pertes ont été réalisées. Le responsable de la salle des marchés et l’un de ses collaborateurs seraient «poussés vers la sortie» affirment le Wall Street Journal et le New York Times.

    La Maison Blanche, de son côté, n’a pas manqué de réagir ce lundi à ce nouveau coup de tonnerre sur l’une des banques les plus emblématiques de Wall Street. «Cela ne fait que souligner à quel point la réforme de Wall Street doit être appliquée complètement» a déclaré le porte-parole de la présidence américaine : une réforme votée en 2010 mais systématiquement bloquée depuis par le camp républicain.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.