GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pakistan: trente-trois ans de prison pour avoir aidé la CIA dans la traque de ben Laden

    media Deux enfants à proximité de la maison où résidait ben Laden à Abbottabad au Pakistan. AFP PHOTO/ AAMIR QURESHI

    Un chirurgien pakistanais a écopé ce mercredi 23 mai d'une peine de 33 ans de prison, pour trahison. Un tribunal tribal l'a reconnu coupable d'avoir aidé la CIA à débusquer Oussama ben Laden. Le chef d'al-Qaïda a été tué, il y a plus d'un an, par un commando américain.
     

    Les juges tribaux ont infligé une lourde peine à Shakeel Afridi : 33 ans de prison, plus de 2 700 euros d'amende et la saisie de ses biens ainsi que le blocage de ses comptes bancaires.

    Ce médecin, accusé de haute trahison, a néanmoins échappé à la peine capitale, n'ayant pas été jugé conformément au code pénal pakistanais, qui ne s'applique pas au district semi-autonome de Khyber à la frontière Afghane, d'où Shakeel Afridi est originaire.

    Selon les faits qui lui sont reprochés, le chirurgien aurait mené une fausse campagne de vaccination dans Abbottabad, la ville-garnison où se cachaient ben Laden et sa famille. Le but était de récolter des preuves ADN pour confirmer la présence entres autres du leader d'al-Qaïda dans ces lieux, et justifier ensuite l'opération du commando américain dans un pays étranger.

    Il faut dire qu'Afridi était dans une situation délicate : le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta avait lui-même confirmé l'aide du docteur dans cette opération. Mais Panetta avait aussi tenu à souligner que la poursuite d'un individu qui avait contribué à l'arrestation d'un « terroriste » était une « véritable erreur ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.