GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Union européenne: Thierry Breton promet d'être «radical» pour éviter les conflits d'intérêts
    • La Moldavie se dote d'un gouvernement pro-russe minoritaire deux jours après la chute d'un cabinet pro-européen
    • Koweït: le Premier ministre a présenté jeudi la démission de son gouvernement à l'émir (porte-parole)
    • Le prix Goncourt des lycéens attribué à Karine Tuil pour «Les choses humaines»
    • Incendies sur la côte est de l'Australie: quatre morts, selon un dernier bilan établi par la police
    • Israël déclare avoir tué dans la nuit un commandant du Jihad islamique lors d'une frappe sur Gaza
    Amériques

    Un membre d’une organisation terroriste égyptienne invité à Washington

    media Selon le site d'information Daily Beast, le conseiller adjoint à la Sécurité nationale Denis McDonough a reçu en personne Hani Nour el-Dine. AFP PHOTO / SAUL LOEB

    Une délégation de parlementaires égyptiens a été invitée à Washington pour discuter de la situation actuelle en Egypte. Hani Nour el-Dine était parmi eux. Membre de Gamaa al-Islamiya, une organisation terroriste placée sur la liste noire des Etats-Unis, il n'aurait pourtant pas dû recevoir de visa. Aujourd'hui, l'administration américaine enquête pour comprendre comment un tel cafouillage a pu avoir lieu.

    La visite relevait de la simple routine ; elle est aujourd’hui qualifiée de fiasco politique. Cette semaine, une délégation de six parlementaires égyptiens a été reçue à Washington pour rencontrer plusieurs officiels de l'administration Obama et le personnel du Wilson Center, un think tank spécialisé dans les questions de politiques étrangères. Pour les Américains, cette visite était l'occasion de rencontrer des membres du nouveau Parlement égyptien et de discuter avec eux des futures relations entre leurs deux pays.

    Hani Nour el-Dine était l’un des élus invités. Il n’aurait pourtant jamais dû être accepté sur le territoire américain. Car selon la loi américaine, tout membre d’un groupe terroriste figurant sur la liste établie par Washington est interdit de territoire aux Etats-Unis et peut être expulsé s’il est découvert par les autorités. Or l’homme politique égyptien est membre de Gamaa al-Islamiya, une organisation salafiste placée sur la liste noire des Etats-Unis pour sa participation à plusieurs attentats. Elle est notamment liée à celui qui a coûté la vie au président égyptien Anouar el-Sadate en 1981. C’est elle aussi qui a revendiqué le massacre de Louxor en 1997 qui a tué 62 personnes.

    Son chef spirituel, le cheikh Omar Abdel Rahman, surnommé « le cheikh aveugle », a été condamné à la prison à vie en 1995 pour son implication dans un attentat contre le World Trade Center à New York en 1993. Il est connu pour avoir été un allié proche d’Oussama ben Laden et d’al-Qaïda. La nébuleuse terroriste a d’ailleurs réclamé à plusieurs reprises sa libération. Selon le site d'information Daily Beast, Hani Nour el-Dine a profité de son passage à Washington pour demander à Denis McDonough, le conseiller adjoint à la Sécurité nationale, le transfèrement du cheikh dans une prison égyptienne. En vain.

    Cafouillage

    Alors comment Hani Nour el-Dine a-t-il pu recevoir un visa ? Une enquête cherche aujourd’hui à le déterminer. « Nous nous penchons sur les circonstances de ce cas particulier », a déclaré Victoria Nuland, porte-parole du département d’Etat. « Quiconque obtient un visa passe à travers toute une série de vérifications. Cependant, ces vérifications dépendent de l’honnêteté des informations qui sont à notre disposition au moment où on l’examine », a-t-elle ajouté.

    Pour les spécialistes des questions de sécurité intérieure, ces vérifications auraient pourtant pu être simples. « Personne ne l’a googlé ? », s’interroge ainsi Eli Lake, journaliste au Daily Beast. Dans son article daté du 21 juin, il cite Samuel Tadros, chercheur à l’Institut Hudson à Washington : « Cela aurait pris cinq secondes au département d’Etat pour taper son nom en arabe dans Google et réaliser qu’il est membre d’une organisation terroriste ».

    Si Hani Nour el-Dine ne cache pas son appartenance à Gamaa al-Islamiya – il l’affiche même sur son profil Facebook – il se défend d’être lui-même terroriste. « Je n'ai été personnellement impliqué dans aucune action violente ou de terrorisme contre les Etats-Unis ou tout autre pays », a-t-il affirmé au magazine Newsweek.

    A quelques mois de l’élection présidentielle américaine, voilà en tout cas une affaire qui risque de porter ombrage au gouvernement de Barack Obama.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.