GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les Chiliens manifestent contre la privatisation du lithium

    media Une centaine de manifestants a défilé mercredi 11 juillet 2012 dans les rues de Santiago. REUTERS/Ivan Alvarado

    Syndicats et étudiants ont manifesté, mercredi 11 juillet, pour demander la renationalisation de toutes les ressources naturelles du Chili. 41 ans jour pour jour après la nationalisation du cuivre par le gouvernement socialiste de Salvador Allende, les salariés du cuivre ont voulu montrer leur hostilité à la privatisation du lithium. L’Etat chilien, qui détient 41% des réserves mondiales de ce métal rare a lancé, il y a un mois, un appel d’offres aux entreprises étrangères, qui ont jusqu’au 31 juillet pour se manifester. Le groupe français Bolloré serait sur les rangs.

    Avec notre correspondante à Santiago du Chili,Laurie Fachaux

    « C’est une question de bon sens : on part du principe que les ressources naturelles et leurs bénéfices doivent revenir au pays dans lequel elles sont extraites. » Manuel Ahumada , le vice-president de la Confédération des salariés du cuivre, dénonce l’appel d’offres relatif aux reserves de lithium :

    « C’est juste une manière de privatiser, estime-t-il, et presque de nous voler nos ressources naturelles, en particulier un minerai aussi important que le lithium, qui va voir son cours augmenter. Evidemment, ça n’obéit pas à une logique d’indépendance économique de notre pays. »

    L’indépendance économique, il n’en est pas question : les entreprises étrangères qui extrairont le lithium devront reverser 7% de leurs bénéfices à l’Etat chilien.

    Camila Vallejo, vice-présidente de la Fédération des étudiants de l’université du Chili, pointe du doigt ce manque à gagner : « pour financer notre réforme structurelle de l’éducation, nous avons besoin de moyens. Le gouvernement nous a toujours dit qu’il n’avait pas ces moyens. Or, ces ressources, elles existent. C’est juste que le gouvernement ne les utilise pas pour répondre aux besoins élémentaires du peuple chilien ».

    Jusqu’à présent, environ 40 entreprises ont répondu à l’appel d’offres du gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.