GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Chili se dote enfin d'une loi contre les discriminations

    media

    Au Chili, la « loi Zamudio » a été promulguée, ce jeudi 12 juillet, par le président Sebastian Pinera. Ce texte, voté il y a deux mois, porte le nom de Daniel Zamudio, un jeune homosexuel battu par un groupe de marginaux dans un parc de la capitale Santiago le 3 mars dernier, et mort des suites de ses blessures trois semaines plus tard, le 27 mars. Cette loi a cristallisé les tensions dans un pays qui peut se montrer, parfois, très conservateur.

    Avec notre correspondante à Santiago du Chili, Laurie Fachaux

    Il aura fallu la mort de Daniel Zamudio et un vote en extrême urgence pour que la loi soit adoptée. Ce texte sanctionne désormais d’une amende pouvant aller de 320 à 3 200 euros toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, mais aussi le sexe, la religion, ou encore le handicap. Seul le genre est laissé de côté, excluant ainsi les transexuels du cadre de la loi.

    Les associations de défense de la liberté sexuelle se réjouissent bien sûr de cette loi, mais pointent déjà du doigt l’absence d’une institution publique qui vérifierait sa bonne application. Car, après sept ans de navette parlementaire, ce texte est certes voté et promulgué, mais il ne remporte pas tous les suffrages.

    La majorité de droite et l’Eglise catholique redoutent ainsi que cette loi ne constitue l’antichambre du mariage homosexuel. Le mariage reste l’un des plus solides piliers de la société chilienne, alors que le Chili a été le dernier d’Amérique latine à autoriser le divorce, en 2004.

    Le gouvernement a déjà assuré que le mariage homosexuel resterait interdit et que la loi Zamudio remplirait son rôle et uniquement le sien : prévenir et punir les discriminations.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.