GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Hillary Clinton rencontre le président birman Thein Sein

    media La Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton arrive pour la réunion de l'Asean au siège du Conseil des ministres, à Phnom Penh, le 11 juillet 2012. REUTERS/Samrang Pring

    En marge du sommet de l'Asean, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a rencontré vendredi 13 juillet au Cambodge le président birman Thein Sein. Les Etats-Unis viennent d'autoriser leurs entreprises à investir dans l'ancienne dictature militaire. La rencontre dans la ville touristique de Siem Reap, qui n'a duré qu'une heure, a permis de poser les jalons d'une future coopération entre les Etats-Unis et la Birmanie.

    Après leur première rencontre en décembre dernier, qui était aussi la première visite d'un chef de la diplomatie américaine en Birmanie depuis plus de 50 ans, Hillary Clinton est arrivée au Cambodge avec une importante délégation d'hommes d'affaires. Et pas des moindres. Parmi les 70 représentants figurent des géants de l'industrie américaine, comme Coca Cola, Ford, Google ou Goldman Sachs. Du jamais vu en Asie du sud-est, affirment des observateurs. Car il s'agit d'une véritable opération séduction que déploient les grandes multinationales suite à l'allègement des sanctions américaines.

    L'objectif est double: encourager le président réformiste Thein Sein à poursuivre le processus d'ouverture politique et économique, mais aussi s'assurer une place sur un marché très lucratif et convoité. Si des progrès significatifs ont été remarqués tout au long de l'année, Washington a rappelé qu'il souhaitait davantage d'efforts en matière de droits de l'homme notamment.

    A propos de la minorité musulmane apatride des Rohingyas dans l'ouest de la Birmanie, Hillary Clinton a souligné que les Etats-Unis les considéraient comme des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre territoire. Thein Sein avait demandé jeudi 12 juillet au Haut commissaire des Nations unies aux réfugiés de prendre en charge les Rohingyas, qui ne sont pas, selon lui, les bienvenus en Birmanie. Les Nations unies lui ont opposé un refus catégorique.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.