GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Les sikhs, une communauté mal connue aux Etats-Unis

    media Des femmes sikhes effondrées de douleur après la fusillade du temple d'Oak Creek, dans le Wisconsin, le 5 août 2012. EUTERS/Tom Lynn

    A peine quinze jours après la tuerie dans un cinéma du Colorado, une nouvelle fusillade s’est produite dimanche 5 août au matin dans le Wisconsin. Un premier bilan fait état de sept morts, dont le tireur. Cette fois, c’est la communauté sikhe qui a été la cible de l’attaque meurtrière. Les sikhs sont plusieurs centaines de milliers aux Etats-Unis. Très peu connus, l’amalgame entre eux et les musulmans est fréquent.

    Quatre personnes ont été abattues dimanche 5 août dans un temple d’Oak Creek, près de Milwaukee dans le Wisconsin. Trois autres ont été assassinées à l’extérieur. C’est la première fois que la communauté sikhe de cette petite ville de 35 000 habitants est frappée de la sorte. Le sikhisme est souvent confondu avec l’islam, et ce drame démontre combien sont nombreux les Américains qui connaissent peu cette communauté et ses pratiques.

    Une religion qui prône la fraternité

    Les sikhs, qui portent un turban et la barbe, sont souvent pris à tort pour des musulmans intégristes. Le sikhisme, fondé au XVème siècle au Penjab - entre l’Inde et le Pakistan - est la cinquième religion au monde, avec plus de 30 millions de fidèles. Elle est une forme de syncrétisme entre l’hindouisme et l’islam.

    La doctrine du sikhisme se base sur l’enseignement spirituel des Dix gurûs, recueillis dans le Siri Gurû Granth Sahib. Les sikhs croient en un dieu éternel et créateur, à la fois immanent et transcendant, selon le principe « Ik-On-Kar » - que l’on peut traduire par « une seule (ik) conscience créatrice (on) manifestée (kar) ».

    Le sikhisme amène le fidèle à vivre une vie intègre et honnête. Les sikhs sont en majorité végétariens. Ils doivent renoncer à l’alcool, au tabac et aux jeux de hasard. « Travaille, partage le fruit de ton travail, médite sur le Nom », résume la devise sikhe. Dans cette religion monothéiste, hommes et femmes sont égaux. Le sikhisme invite à rechercher l’union avec Dieu, considérant qu’il n’y a pas de différence entre celui qui aime Dieu et Dieu.

    Une présence lointaine sur le sol américain

    Le capitaine américainTejdeep Singh Rattan en 2010. Steve Elliott / Wikipedia

    Près de 2 millions de sikhs vivent en diaspora, dont près d’un million en Amérique du nord, 500 000 au Royaume-Uni et 10 000 en France.

    Arrivés dès le XIXème siècle aux Etats-Unis, ils sont entre 500 000 à 700 000 aujourd’hui. C’est en Californie qu’ils sont les plus nombreux. Ouvriers pour la plupart lors de leurs premiers pas sur le sol américain, ils sont depuis le début du XXème siècle très nombreux dans les rangs de l’armée US. De nombreux sikhs ont combattu dans les troupes américaines lors de la Première Guerre mondiale.

    Les conséquences du 11-Septembre

    Fondé en 1997, le temple d'Oak Street, qui vient d’être frappé par l’attentat, regroupe une communauté d'environ 350 à 400 fidèles. Pour Sapreet Kaur, directeur exécutif d'une coalition de groupes sikhs, « il y a eu plusieurs attaques haineuses visant la communauté sikhe ces dernières années et malheureusement, nous sommes naturellement enclins à penser qu'il s'agit ici de la même chose ».

    Depuis les attentats du 11-Septembre 2001, les sikhs vivant aux Etats-Unis font l’objet d’attaques racistes. Certains Américains confondent les symboles de croyance religieuse, tels que les turbans et les barbes, avec ceux des terroristes qui ont effectué les attaques. Selon plusieurs témoins, le tireur de cette dernière fusillade aurait un passé militaire et portait un tatouage « 9/11 », symbole du 11-Septembre.

    Quelque 300 incidents ont été rapportés (menaces, violences, assassinats) dans les mois qui ont suivi les attentats contre les tours jumelles. Exemple parmi d’autres, Balbir Singh Sodhi, propriétaire d'une station-service, est tué le 15 septembre 2001 après avoir été pris pour un musulman.

    Des activistes d'un parti politique communautaire sikh manifestent à New Delhi le 6 août 2012 après la fusillade aux Etats-Unis. REUTERS/Adnan Abidi

    Dans un rapport pour le Sénat américain en 2011, l’ONG Southern Poverty Law Center rapporte plusieurs incidents plus ou moins violents qui frappent les temples sikhs aux Etats-Unis depuis le 11-Septembre. Le document mentionne que ces crimes haineux visent la communauté musulmane américaine. Un sondage réalisé auprès des étudiants sikhs montre que trois étudiants interviewés sur quatre ont été victimes d’agression verbale ou physique à cause de leurs convictions religieuses.

    Rapidement après la tragédie d’Oak Creek, Barack Obama, qui l’a qualifiée de « terrorisme intérieur », a exprimé sa douleur. Il a fait l’éloge de la communauté sikhe qui « enrichit » les Etats-Unis. « Alors que nous pleurons ces morts qui se sont produites dans un lieu de culte, a déclaré le président américain, il faut nous rappeler les richesses qu'ont apportées les sikhs à notre pays. Ils font partie de la famille américaine élargie. Nous sommes de tout cœur avec les familles et les amis de ceux qui ont été tués et blessés ».

    En Inde, la communauté sikhe est sous le choc. Un rassemblement pacifique devait avoir lieu ce 6 août devant l'ambassade des Etats-Unis à New Delhi en signe de solidarité avec les victimes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.