GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Mars
Dimanche 26 Mars
Lundi 27 Mars
Mardi 28 Mars
Aujourd'hui
Jeudi 30 Mars
Vendredi 31 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Football: le Brésil est la première équipe qualifiée pour le Mondial-2018 en Russie
    Amériques

    Ex-Blackwater paye pour échapper au procès

    media

    L'accord a été conclu ce mardi 7 août 2012: pour éviter un procès, l’entreprise de sécurité Academi, comme s’appelle désormais l’ancienne société Blackwater, spécialisée dans le commerce d'armes, va payer 7,5 millions de dollars au département d’Etat pour avoir violé la loi américaine et les réglementations internationales.

    7,5 millions de dollars: c'est l'amende qu'Academi doit payer au département d'Etat pour avoir violé la loi et les réglementations internationales. En échange, le procureur fédéral abandonne les charges qui pesaient contre l'entreprise de sécurité, au total 17 chefs d'accusations. La justice américaine reprochait à Blackwater, entre autres, d'avoir exporté des fusils d'assaut et des équipements militaires sans licence, d’avoir fourni des renseignements secrets à des ressortissants étrangers et d’avoir menti sur des livraisons d’armes au roi de Jordanie.

    Dans le cadre de l’accord signé avec la justice américaine, l’entreprise de sécurité reconnait sa responsabilité dans les 17 chefs d’accusations. Des représentants d’Academi ont néanmoins déclaré que ce n’était en aucune sorte un aveu de culpabilité. L’amende de 7,5 millions de dollars met fin à une enquête complexe de cinq ans et s’ajoute au 42 millions de dollars, que la société avait déjà concédés à payer en 2010 dans un autre procès qui l'avait opposé aux autorités américaines.

    Gloire et déchéance d’une armée privée

    Après les attentats du 11 septembre 2001, l’administration de George W. Bush déclare la guerre au terrorisme. C’est le moment de gloire pour Erik Prince et la société qu’il a fondée en 1996 : Blackwater.

    Erik Prince, chrétien conservateur et descendant d’une famille très aisée du Michigan, a le flair pour les affaires lucratives. Au début des années 1990, la Guerre froide appartient définitivement au passé. Le monde se cherche un nouvel ordre. Dans ce contexte d’instabilité internationale, le jeune milliardaire, un ancien des forces spéciales de l’US Navy, les SEAL, anticipe une tendance qui ne tarde pas à se réaliser : selon Erik Prince, le gouvernement sera bientôt à la recherche de contractuels pour le commerce des armes à feu et la formation à la sécurité.

    En effet, après la chute du bloc communiste, les Etats-Unis réduisent leurs effectifs militaires. Et Blackwater se rend totalement disponible pour fournir au gouvernement américain ces sous-traitants civils. Avec le déclenchement par Washington de la guerre contre le terrorisme en 2001, la société privée d’Erik Prince devient l’un des plus grands bénéficiaires de ce qu’on appellera par la suite « la privatisation de la guerre ».

    Pendant des années, Blackwater était la plus emblématique de ces sociétés privées dont le rôle a été prépondérant, notamment en Irak et en Afghanistan, où elle assurait la sécurité des convois, des ambassades et du personnel diplomatique. Mais l'histoire de Blackwater est aussi marquée par de nombreux scandales: le plus important, l'implication de quatre mercenaires de Blackwater dans le massacre de 17 civils à Bagdad en 2007 (leur procès devant la justice américaine est toujours en cours). Ce qui lui a valu l'expulsion de l'Irak en 2009, puis de l'Afghanistan. A l’époque, le président Hamid Karzai l'avait d’ailleurs accusé de représenter « un système de sécurité parallèle au gouvernement afghan ».

    Depuis, Erik Prince a vendu sa sulfureuse société de sécurité. Blackwater a changé deux fois de nom pour s’appeler aujourd’hui Academi. Sur son portail internet, l’entreprise assure agir partout dans le monde, dans le strict respect des lois et des réglementations internationales en vigueur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.