GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti : le spectre de la crise alimentaire après le passage d'Isaac

    media La tempête Isaac qui a touché Haïti, le 25 août, fait craindre le pire sur l'île. REUTERS/UN/MINUSTAH/Logan Abassi/

    Il y a une semaine, la tempête tropicale Isaac passait sur Haïti tuant 24 personnes. Les vents et inondations ont détruit les productions agricoles, des dégâts estimés à plus de 240 millions de dollars. Actuellement, la majorité des récoltes de maïs et de bananes sont perdues ce qui fait craindre le pire dans le pays où déjà plus d'un tiers de la population souffre d'insécurité alimentaire.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    En quelques heures, plus de 80 000 hectares de terres agricoles ont été inondées. La tempête Isaac a définitivement mis en péril l'équilibre alimentaire du pays. Myrta Kaulard, directrice du PAM, Programme alimentaire mondial en Haïti, rappelle tous les désastres qui, cumulés, réduisent dangereusement la production de cette année.

    Myrta Kaulard déclare : « Depuis le mois de mars-avril, il y a eu une sécheresse qui a limité la récolte de céréales, surtout le maïs. La tempête Isaac a dévasté la production de bananes dans la zone de plus grande production, dans le sud-est. Maintenant il y a aussi le début d'une infestation de coccinelles qui risque de dévaster la production de tomates, salades, piments. Ce sont les populations les plus pauvres qui ont perdu leur source alimentaire et aussi leur source de revenus. On ne peut pas laisser la situation sans intervenir à ce moment-ci ».

    L'Etat, avec les partenaires internationaux réfléchit aux mesures à prendre. Le risque étant, en intervenant, de provoquer une inflation des prix des denrées alimentaires. Tous ont en mémoire les émeutes de la faim de 2008. Les leçons ont été tirées mais les marges de manoeuvre sont très faibles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.