GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Une écrasante majorité du Parlement tunisien a retiré samedi soir sa confiance au gouvernement de Habib Essid, sous pression depuis que le président Béji Caïd Essebsi a souhaité un cabinet d'union nationale il y a deux mois. Comme prévu, les député ont majoritairement désavoué le gouvernement, 118 votant contre, 3 pour et 27 s'abstenant.

    Dernières infos
    • Mali: l'état d'urgence au Mali prorogé de huit mois, jusqu'à fin mars 2017 (officiel)
    Amériques

    Etats-Unis: baptême du feu à la convention démocrate pour Julian Castro

    media

    Pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis, un américain d’origine hispanique a prononcé le discours d’ouverture de la convention démocrate à Charlotte, en Caroline du Nord. L'allocution de Julian Castro a galvanisé les quelque 700 délégués d'origine hispanique, sur presque 6 000 au total, qui participent à la convention.

    Avec notre correspondant à Charlotte, Achim Lippold

    Certains l’appellent déjà « le Barack Obama hispanique ». Ce mardi 4 septembre au soir, Julian Castro, 37 ans, maire de San Antonio, est entré dans l’histoire. D’origine mexicaine, issu d’une famille modeste, il a lancé la convention démocrate, premier « latino » à avoir eu droit à ce privilège.

    « Mon parcours n’a rien d’extraordinaire. Ce qui est extraordinaire, c’est l’Amérique où ce genre de parcours est possible. Peu importe d’où vous venez, ce qui est important c'est de regarder devant soi ! »

    A lui tout seul, Julian Castro incarne le rêve américain. Et même si son discours s’adressait à tous les électeurs, la communauté hispanique l’a écouté avec une attention particulière, affirme Verna Blackwell Hilario, déléguée du Texas.

    « Sa présence compte beaucoup pour nous parce qu’il a vraiment commencé tout en bas…Sa mère était célibataire, ils ont vécu dans une banlieue pauvre. Plus tard, il a passé le diplôme de l’université de Harvard et aujourd’hui, il est grand orateur à la convention. Les latinos sont fiers de lui. Julian Castro leur montre qu’ils peuvent réussir ici, qu’ils peuvent réaliser leur rêve, à condition de travailler dur et de bien éduquer les enfants. »

    Et certains discours d’ouverture lancent parfois une grande carrière nationale. En 2004, le grand orateur de la convention démocrate s’appelait Barack Obama.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.