Etats-Unis: baptême du feu à la convention démocrate pour Julian Castro - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute La bande passante

 

  1. 19:40 TU La bande passante
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU Couleurs tropicales
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU Couleurs tropicales
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Accents d'Europe
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Danse des mots
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Autour de la question
  14. 23:30 TU Journal
  15. 23:33 TU Autour de la question
  16. 19:40 TU La bande passante
  17. 20:00 TU Journal
  18. 20:10 TU Couleurs tropicales
  19. 20:30 TU Journal
  20. 20:33 TU Couleurs tropicales
  21. 21:00 TU Journal
  22. 21:10 TU Accents d'Europe
  23. 21:30 TU Journal
  24. 21:33 TU Danse des mots
  25. 22:00 TU Sessions d'information
  1. 19:40 TU Débat du jour
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU Couleurs tropicales
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU Couleurs tropicales
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Radio foot internationale
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Radio foot internationale
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  14. 23:30 TU Journal
fermer

Amériques

Etats-Unis

Etats-Unis: baptême du feu à la convention démocrate pour Julian Castro

media

Pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis, un américain d’origine hispanique a prononcé le discours d’ouverture de la convention démocrate à Charlotte, en Caroline du Nord. L'allocution de Julian Castro a galvanisé les quelque 700 délégués d'origine hispanique, sur presque 6 000 au total, qui participent à la convention.

Avec notre correspondant à Charlotte, Achim Lippold

Certains l’appellent déjà « le Barack Obama hispanique ». Ce mardi 4 septembre au soir, Julian Castro, 37 ans, maire de San Antonio, est entré dans l’histoire. D’origine mexicaine, issu d’une famille modeste, il a lancé la convention démocrate, premier « latino » à avoir eu droit à ce privilège.

« Mon parcours n’a rien d’extraordinaire. Ce qui est extraordinaire, c’est l’Amérique où ce genre de parcours est possible. Peu importe d’où vous venez, ce qui est important c'est de regarder devant soi ! »

A lui tout seul, Julian Castro incarne le rêve américain. Et même si son discours s’adressait à tous les électeurs, la communauté hispanique l’a écouté avec une attention particulière, affirme Verna Blackwell Hilario, déléguée du Texas.

« Sa présence compte beaucoup pour nous parce qu’il a vraiment commencé tout en bas…Sa mère était célibataire, ils ont vécu dans une banlieue pauvre. Plus tard, il a passé le diplôme de l’université de Harvard et aujourd’hui, il est grand orateur à la convention. Les latinos sont fiers de lui. Julian Castro leur montre qu’ils peuvent réussir ici, qu’ils peuvent réaliser leur rêve, à condition de travailler dur et de bien éduquer les enfants. »

Et certains discours d’ouverture lancent parfois une grande carrière nationale. En 2004, le grand orateur de la convention démocrate s’appelait Barack Obama.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.