GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Québec: Pauline Marois va annuler la hausse des frais d'inscription dans les universités

    media

    Les événements se précipitent au Québec au lendemain de l’accession du Parti québécois à la barre de la province canadienne. Jean Charest, le Premier ministre sortant, a annoncé son départ de la vie politique et de ses fonctions de chef du Parti Libéral après 28 ans de vie politique. Pauline Marois, la nouvelle première ministre a annoncé de son côté les engagements qu’elle entend respecter dans les semaines et les mois à venir.

    Avec notre correspondante à Québec, Pascale Guéricolas

    On disait que son statut de gouvernement minoritaire condamnait le Parti Québécois à ne pas respecter son programme électoral puisqu’il devait s’entendre avec les deux autres partis d’opposition. Pourtant sa chef de file, Pauline Marois, frappe un grand coup 24 h seulement après son arrivée au pouvoir.

    Apaisement de la crise avec les étudiants

    Celle qui assumera bientôt les fonctions de Première ministre annonce que son gouvernement va annuler la hausse des droits de scolarité mis en place par ses prédécesseurs libéraux. Cette augmentation avait mobilisé des centaines de milliers d’étudiants dans les rues pendant des mois.Désireuse de ramener la paix sociale dans la province, la chef du Parti Québécois utilise donc sa prérogative de chef de gouvernement pour calmer le jeu. Le financement de l’université se discutera lors d’un sommet plus tard.

    Pour ses autres engagements, elle va part contre avoir besoin de l’appui de l’opposition. Pour abolir la taxe santé qui s’adresse uniformément à tous les contribuables, par exemple, ou pour mieux protéger la langue française. Sûre de ses talents de négociatrice, elle entend même convaincre tous les députés de l’Assemblée nationale de l’appuyer dans les revendications qu’elle veut présenter au gouvernement fédéral canadien.
     

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.