GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Uruguay: les députés approuvent de justesse la dépénalisation de l'avortement

    media Les députés uruguayens ont voté le projet de loi avec une voix d'écart, le 25 septembre 2012. Reuters/Pablo La Rosa

    En Uruguay, un projet de loi dépénalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) pendant les douze premières semaines de la gestation a été approuvé de justesse mardi 25 septembre par la Chambre des députés. Cette mesure avait soulevé une polémique au sein de ce petit pays d’Amérique latine où la religion catholique reste très importante. Le projet de loi ne prévoit que la dépénalisation de l’avortement, et non sa légalisation, mais c'est déjà un grand pas en la matière.

    Tout s'est joué à une voix près. Mais le projet de loi de dépénalisation de l'avortement a été approuvé mardi par les députés uruguayens, avec 50 voix pour et 49 voix contre.

    Le texte, porté par la majorité de gauche, a été validé peu avant minuit, après quatorze heures de débats. C'est un député du Parti indépendant qui a finalement fait pencher la balance en votant la loi. En Uruguay, l'avortement est actuellement passible de neuf mois de prison, mais 30 000 IVG ont lieu chaque année.

    Pour le député de gauche Victor Semproni, la loi devrait permettre d'éviter ces avortements clandestins : « Ça va réduire le nombre d’avortements qui ont lieu en Uruguay, environ 30 000 chaque année, avec les conséquences négatives qu’ils entraînent pour le fœtus et pour la femme. Bien souvent, les femmes des milieux défavorisés ont recours à des méthodes qui mettent en danger leur vie et leur santé future. Il ne fait aucun doute que cette mesure va permettre d’éviter bon nombre de ces avortements ».

    Le projet de loi doit maintenant passer devant le Sénat. S'il est adopté, l'Uruguay deviendra le second pays latino-américain à autoriser l'avortement, après Cuba.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.