GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Eliminatoires CAN 2021 : A domicile, la Côte d’Ivoire bat le Niger (1-0)
    Amériques

    Fin de campagne au Venezuela: la peur est devenue un argument électoral

    media Un important dispositif de sécurité, «Plan Republica», sera déployé le jour du scrutin. REUTERS/Jorge Silva

    Dimanche prochain, le 7 octobre 2012, 17 millions de Vénézuéliens seront invités à élire leur nouveau président. Le score pourrait être serré entre les deux principaux candidats en lice, Hugo Chavez et Henrique Capriles. La tension monte au Venezuela, alors que les autorités dénoncent un plan de déstabilisation de la journée électorale.

    Avec notre envoyé spécial à Caracas,François-Xavier Freland

    C'est le ministre de la Défense en personne, le général Rangel qui l'a annoncé sur la chaîne publique VTV. Selon ses informations, les services de sécurité cubains auraient détecté un plan violent préparé par des groupuscules proches du leader de l'opposition Henrique Capriles pour semer le désordre lors de l'élection présidentielle de dimanche prochain. «Nous savons ce qu'ils préparent, je les invite à se retenir, nous avons des noms, nous agirons en conséquence» a prévenu le chef des armées.

    Dimanche 7 octobre, 200 000 hommes seront appelés à surveiller le bon déroulement du scrutin. L'armée bolivarienne, censée avoir juré fidélité au président, est en alerte maximale. Certains militaires ont déjà été postés aux quatre coins de la capitale.

    Henrique Capriles du tac au tac

    La réaction du leader de l'opposition Henrique Capriles qui avait annoncé la veille, en conférence de presse, avoir déjà nommé dans les rangs de l'armée, son futur ministre de la Défense, ne s'est pas faite attendre. Face à la théorie du complot, ou à la menace du «chaos», selon les propres paroles d'Hugo Chavez, le leader de l'opposition appelle à un vote sanction massif.

    Devant la foule rassemblée autour de lui à Merida, lors d'un meeting de campagne, il a invité la jeunesse à ne pas s'abstenir dimanche prochain. «Nous vaincrons la violence, a t-il dit, si vous les jeunes vous démontrez que vous n'avez pas peur.» Peur, sous-entendu, d'aller voter.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.