GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/France: Fekir, Lacazette et Cabaye forfaits, Gameiro, Dembélé et Kondogbia appelés (FFF)
    • Foot/L1: le Paris SG s'incline pour la première fois de la saison à Monaco (3-1)
    Amériques

    Etats-Unis: l’ouragan Sandy fait monter la facture

    media

    Les dégâts causés par l'ouragan Sandy qui a frappé lundi les Etats-Unis pourraient bien atteindre 50 milliards de dollars, selon des évaluations revues à la hausse. Cependant, la croissance américaine ne devrait pas s'en trouver affectée.

    Selon l’agence de notation Moody's, l'ouragan Sandy pourrait bien coûter, au bout du compte, une cinquantaine de milliards de dollars, au lieu des 20 milliards initialement évoqués. Trente milliards de dégâts et 20 milliards de manque à gagner en raison de la désorganisation de la production. Sur ce total, 20 milliards de dollars seulement seront pris en charge par les assurances.

    L'ampleur des dégâts ne peut cependant pas se comparer avec les 40 à 60 milliards de dollars qu'a coûté aux assurances l'ouragan Katrina de 2005, considéré comme la catastrophe naturelle la plus chère de l'histoire. Mais c’est beaucoup moins, aussi, que le coût des attentats du 11-Septembre 2001 qui sont évalués à 100 milliards de dollars.

    Des pertes compensées

    Pour l'économie américaine, le coût de l'ouragan Sandy semble toutefois parfaitement « digérable ». Le PIB américain s’élève à plus de 15 000 milliards de dollars et l’ardoise laissée par Sandy est donc limitée. Les agences de notation n'envisagent même pas de revoir leurs prévisions de croissance. D'autant plus que l'activité économique générée par la reconstruction devrait largement compenser la facture des dégâts.

    Déjà les premières mesures se mettent en place pour aider les entreprises touchées par le sinistre à reprendre une activité la plus normale possible. La banque JP Morgan, dont le siège est à Manhattan, a annoncé cinq milliards de dollars de dons à des organisations humanitaires pour aider les victimes de Sandy. Mais cette banque va également débloquer la même somme pour des prêts à taux préférentiel aux petites et moyennes entreprises qui ont subi des dégâts.

    Alors que les infrastructures de télécommunication ont souffert, les entreprises peuvent bénéficier d’un accès à Internet gratuit grâce aux centres de données du fournisseur d’accès Waveform Technology.

    Facilités de paiement

    Les clients particuliers sont aussi pris en compte par les établissements financiers : facilité de retrait dans les distributeurs automatiques, augmentation du plafond de retrait des cartes de crédit, annulation des pénalités pour les retards de règlement dans cette période difficile pour les sinistrés. Les opérateurs de téléphonie mobile ont également fait un effort pour leurs clients : ils pourront continuer à se servir de leur mobile même s’ils n’ont pas pu payer la facture et partout les usagers peuvent venir recharger leurs batteries lorsqu'ils sont eux-mêmes privés d’électricité.

    Toutefois, on est encore bien loin du retour à la normale : plus d’un demi-million d'habitants sont privés d'éléctricité à New York et pour certains d’entre eux le resteront jusqu’au 11 novembre. Par ailleurs, des millions de personnes sont toujours à la recherche d'un moyen de transport pour rentrer ou sortir de Manhattan.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.