GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Une semaine après le coup d'Etat raté en Turquie, l'ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International affirme dans un communiqué publié ce dimanche avoir réuni des «preuves crédibles» attestant de cas de tortures de détenus dans des centres de détention du pays. L'ONG évoque notamment des privations de nourriture et d'eau, des injures, menaces et, «dans les cas les plus graves», coups, tortures et viols.

    Amériques

    A la Une : la santé d'Hugo Chavez en question

    Au Venezuela, les journaux commentent le départ d'Hugo Chavez pour Cuba où il doit suivre un traitement complémentaire de son cancer. « Permettez-moi de m'absenter », titre Tal Cual sous la photo du président vénézuélien. « Le président a sollicité l'autorisation de l'Assemblée nationale pour se rendre à La Havane afin de suivre un traitement médical », explique le quotidien avant de constater :« Hugo Chavez a secoué la scène politique vénézuélienne avec son annonce surprise d'un départ  pour raisons médicales, qui ravive les craintes sur son état de santé ». Et le journal rappelle : « Hugo Chavez avait à plusieurs reprises déclaré qu'il était guéri de son cancer pour obtenir en octobre un nouveau mandat de six ans à la tête du pays. Le président a suivi tous ses traitements à Cuba où il bénéficie du secret absolu ».
    El Nacional constate pour sa part que la dernière apparition télévisée du président date du 15 novembre, que son compte twitter est silencieux depuis le 1er novembre et qu'il ne s'est pas présenté en public depuis le 8 octobre.
    Granma, le journal officiel du parti communiste cubain commente également l'information, mais de manière très sobre, dans un encadré à la Une : « Chavez vient continuer son traitement médical à Cuba. Ces séances de soins renforceront la santé du président ».

    Le président haïtien visite aussi La Havane

    Granma
    publie la photo de Michel Martelly à son arrivée à La Havane et le journal cubain assure : « Durant leur rencontre, les deux présidents se sont félicités du bon état des relations d'amitié et de coopération entre les deux pays ».
    En Haïti, le Nouvelliste précise : « Différents accords de coopération doivent être signés dans les domaines de la santé, de l'alphabétisation, de l'agriculture, de la formation vétérinaire et du sport ».


    « Wal Mart : la chaîne du déni »

    Aux Etats-Unis, le Washington Post consacre son éditorial à l'incendie qui a ravagé une usine textile au Bangladesh et souligne la responsabilité de Wall Mart, le géant américain de la grande distribution pour qui travaillaient les 110 ouvriers tués dans l'incendie. « Wal Mart : la stratégie de déni pour la sécurité des ouvriers », titre l'éditorialiste du quotidien avant d'expliquer comment l'entreprise américaine esquive toute forme de responsabilité dans le drame qui a touché le Bangladesh. « Des vêtements siglés Wal Mart ont été retrouvés sur les lieux du sinistre. Mais Wal Mart assure que l'usine qui a brûlé n'était plus autorisée à produire pour ses magasins et que les sous-traitants qui continuaient à travailler avec ce site l'ont fait en violation directe des règles de l'entreprise », relate le journal avant d'asséner : « Ce n'est pas la première fois que Wal Mart dément toute responsabilité dans les conditions de travail des personnes qui fabriquent ses produits. L'essence même du système Wal Mart est d'employer des milliers de personnes via une chaîne de sous-traitants qu'ils mettent sous pression maximale afin de baisser les prix. Résultat, ces sous-traitants sont obligés de négliger les conditions de sécurité. Et comme Wal Mart n'emploie par directement les travailleurs, elle peut tranquillement se dégager de toute responsabilité à leur égard ».
    Le journaliste rappelle que même sur le territoire américain, le géant de la distribution opère de cette façon. L'éditorial évoque « la chaîne de déni » formée par le système de sous-traitance et conclut, faisant allusion aux ouvriers coincés dans l'usine en flammes du Bangladesh, « pour le plus gros employeur privé des Etats-Unis, les sorties de secours sont toujours ouvertes ».


    Le procès des thérapies destinées aux homosexuels


    Dans les colonnes du New York Times, un article à la Une est consacré aux séances de thérapie censées permettre aux homosexuels de changer d'orientation, qui sont, pour la première fois, contestées devant la justice, via un procès intenté par quatre hommes du New Jersey. « Les thérapies de conversion sont vivement dénoncées pour leur nocivité », constate le New York Times qui cite les quatre plaignants : « Nous avons été émotionnellement très secoués par des techniques humiliantes. On nous a demandés de défiler nu devant un conseiller et de déchirer des images de nos mères ». « Ces patients ont dépensé des milliers de dollars pour apprendre in fine que c'était leur faute s'ils ne parvenaient pas à changer d'orientation sexuelle », déplore le journal.
    Le New Yok Times dénonce une industrie de la « thérapie réparatrice » qui a attiré des milliers de gens qui espéraient se débarrasser de leur homosexualité pour des raisons religieuses et familiales. Et le quotidien constate : « Ce genre de thérapie peut conduire à la dépression. Car les experts scientifiques sont unanimes : changer d'orientation sexuelle n'est pas une question de volonté personnelle ».


    Quatre femmes soldats en procès contre l’armée

    Un autre procès est évoqué dans la presse américaine : celui intenté par quatre femmes contre le secrétaire à la Défense Leon Panetta. Toutes les quatre sont militaires et ont servi sur des terrains de guerre comme l'Afghanistan. Elles dénoncent la politique de l'armée américaine qui interdit aux femmes d'être intégrées dans les unités de combats. « Cela bloque notre progression de carrière », expliquent-elles au site Mother Jones, avant d'ajouter : « il n'y a plus de lignes de front définies dans les conflits actuels. Quand on est déployés en Afghanistan,  on est exposés au danger quelle que soit l'unité dans laquelle on sert ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.