GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Colère de la Colombie après l'arbitrage défavorable de la CIJ dans son différend avec le Nicaragua

    media

    Rien ne va plus entre la Colombie et la Cour internationale de justice (CIJ). Mercredi 28 novembre 2012, le président Juan Manuel Santos a annoncé que son pays se retirait du pacte dit de Bogota de 1948 et cessait donc de reconnaître la compétence du tribunal de La Haye. C'est une décision de la Cour internationale – rendue publique le 19 novembre - qui modifie les frontières maritimes de la Colombie au profit du Nicaragua, qui a provoqué l'ire colombienne.

    Avec notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Deteuf

    Le coup est rude pour les Colombiens qui viennent de viennent de perdre - au bas mot - 70 000 kilomètres carrés de mer Caraïbe, beaucoup de poissons et peut-être du pétrole. Une maigre consolation quand même: la Cour internationale de justice a reconnu que l’archipel de San Andres, au large des côtes du Nicaragua, et à l’origine du litige, appartient bien à la Colombie.

    Le recul des frontières maritimes est vécu à Bogota comme un désastre national. Le Nicaragua avait saisi la cour internationale en 2001, il y a onze ans. Le gouvernement colombien actuel n’est donc en rien responsable de cette affaire mais il pourrait bien en payer le prix. Le président Santos le sait, qui doit se montrer ferme, prêt à tout pour défendre la patrie menacée par les juges de la Haye.

    Contester leur compétence future en quittant le pacte de Bogota ne change rien à la situation actuelle. La décision de la Cour sur le nouveau tracé des frontières est irréversible. Mais le gouvernement colombien veut calmer son opinion publique, au risque d’essuyer les critiques de la communauté internationale.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.