Fusillade du Connecticut: un nouveau drame qui tétanise les Etats-Unis - Amériques - RFI

 

  1. 20:10 TU Couleurs tropicales
  2. 20:30 TU Journal
  3. 20:33 TU Couleurs tropicales
  4. 21:00 TU Journal
  5. 21:10 TU Grand reportage
  6. 21:30 TU Journal
  7. 21:33 TU Danse des mots
  8. 22:00 TU Sessions d'information
  9. 22:30 TU Sessions d'information
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU Autour de la question
  12. 23:30 TU Journal
  13. 23:33 TU Autour de la question
  14. 20:10 TU Couleurs tropicales
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU Couleurs tropicales
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Grand reportage
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Danse des mots
  21. 22:00 TU Sessions d'information
  22. 22:30 TU Sessions d'information
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Autour de la question
  25. 23:30 TU Journal
  1. 20:10 TU Couleurs tropicales
  2. 20:30 TU Journal
  3. 20:33 TU Couleurs tropicales
  4. 21:00 TU Journal
  5. 21:10 TU Autour de la question
  6. 21:30 TU Journal
  7. 21:33 TU Autour de la question
  8. 22:00 TU Sessions d'information
  9. 22:30 TU Sessions d'information
  10. 23:00 TU Journal

Dernières infos

fermer

Amériques

Etats-Unis

Fusillade du Connecticut: un nouveau drame qui tétanise les Etats-Unis

media Les habitants de la petite ville de Sainte-Rose de Lima de Newtown, Connecticut, se sont recueillis vendredi 14 décembre 2012 au soir. REUTERS/Joshua Lott

Les Etats-Unis ont de nouveau été touchés par la folie meurtrière. Un jeune homme de 20 ans a ouvert le feu vendredi dans une école de Newtown, dans le Connecticut, au nord-est du pays. Il a tué 27 personnes avant d'être retrouvé mort lui aussi. Le pays est sous le choc. Ce drame pose une nouvelle fois la question de la libre circulation des armes à feu. Barack Obama a promis des «mesures significatives».

Au fil des heures, les premières informations, parfois contradictoires, se sont affinées et on sait maintenant plus précisément qui est le meurtrier et comment s'est déroulée la fusillade. Notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet, fait le point.

L'auteur de la fusillade s’appelle Adam Lanza. Agé de 20 ans, il vivait avec son frère Ryan, chez sa mère. Il a commencé sa journée meurtrière en la tuant chez elle. Puis, empruntant sa voiture, il s’est rendu à l’école Sandy Hook où elle enseignait au jardin d’enfant, armé de deux revolvers de calibre 9 mm dont un Glock. Il avait laissé dans la voiture, un fusil semi-automatique. Les trois armes avaient été achetées légalement par sa mère.

La tuerie a eu lieu dans deux salles de classe, à l’entrée de l’établissement. La police est intervenue dans les dix minutes qui ont suivi le début de la fusillade. Elle n’a pas tiré un seul coup de feu, preuve que Lanza, dont on a retrouvé le corps à l’intérieur de l’école, s’est suicidé après avoir tué une vingtaine d’enfants et six adultes, dont la directrice et une conseillère psychologique.

Le frère du tireur a été interrogé pendant plusieurs heures, mais il n’est pas considéré comme un complice. Même si officiellement les autorités se refusent à donner un motif au geste d’Adam Lanza, les enquêteurs pensent qu’il s’agit d’un drame familial : un conflit de longue date entre un fils et sa mère qui a conduit ce dernier, après l’avoir tuée, à s’en prendre à ceux qu’elle aimait le plus, ses petits élèves.

Les réactions se multiplient

Gouverneur Daniel Malloy: «Le Mal nous a rendu visite ici, dans cette communauté, aujourd'hui» 11/10/2013 écouter

Le fait que les victimes ont été en majorité des enfants ayant entre 5 et 10 ans a particulièrement bouleversé les Américains. Outre la réaction très émue du président américain, Barack Obama, et celle du gouverneur du Connecticut, Daniel Malloy, les messages de soutien et de condoléances en provenance du monde entier affluent.

Le président français a fait part de son « émotion et consternation » et assuré les familles des victimes de sa solidarité. La reine d'Angleterre, son Premier ministre David Cameron, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, Catherine Ashton au nom de l'Union européenne, nombreux sont les responsables politiques qui ont manifesté leur émotion.


Avec notre envoyé spécial à Newton, Raphaël Reynes

C’est une petite ville de moins de 30 000 habitants, à une heure de route de New York. Beaucoup d’habitants de Newtown et des environs sont d’ailleurs des new-yorkais qui ont choisi de s’éloigner de la grande ville, bien souvent pour y élever leurs enfants dans un cadre plus tranquille et plus sécurisé.

Ecoutez l'édition spéciale de RFI sur la fusillade 11/10/2013 - par RFI écouter

L’une des phrases que l’on a le plus entendu, vendredi, de la part des habitants de Newtown, c’est « non, ce n’est pas possible… cela ne peut pas arriver ici ».

Mais voilà, la tragédie de ce vendredi est bel et bien arrivée ici, à Newtown. Vendredi soir, une veillée funéraire à rassemblé des centaines et des centaines de personnes dans l’une des églises de la ville. Les familles des victimes n’étaient pas présentes. Elles sont regroupées dans la caserne de pompiers qui jouxte l’école où le drame a eu lieu.

Mais les voisins, les amis ou les simples connaissances de ces familles meurtries avaient besoin de se retrouver, de partager leur émotion, leur désarroi et les questions que beaucoup d’Américains se posent ce samedi.
 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.