GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Les Etats-Unis à portée de fusée nord-coréenne?

    media

    Le 12 décembre dernier, la Corée du Nord effectue un nouveau tir de fusée. Le Conseil de sécurité condamne cette «violation à ses engagements internationaux» ; Pyongyang affirme de son côté qu'il s'agit d'un lancement de satellite. Pourtant, selon la Corée du Sud qui a analysé les débris, son voisin du Nord serait capable de développer un missile d'une portée de 10 000 km. Les Etats-Unis figurent sur la trajectoire.

    La marine sud-coréenne a pu récupérer des débris de la fusée nord-coréenne, tombés dans ses eaux territoriales lors de son lancement réussi, le 12 décembre 2012. Le réservoir de comburant de l'engin, notamment, a été décortiqué.

    « Après avoir analysé le matériel de (la) fusée nord-coréenne Unha-3, nous avons estimé que la Corée du Nord avait en sa possession des missiles d'une portée de plus de 10 000 km, lorsque les têtes nucléaires pèsent entre 500 et 600 kg », a indiqué un responsable du ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

    Le tir spatial du 12 décembre avait été condamné à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies. Depuis 2006, des résolutions de l'ONU enjoignent Pyongyang de s'abstenir de tout essai nucléaire ou tir de missile balistique.

    Mais, pourtant sous embargo occidental, le pouvoir nord-coréen fait la sourde oreille et poursuit son programme militaire. Il sait qu'il est relativement bien soutenu par la Chine, qui s'oppose formellement à l'élargissement des sanctions contre la dictature communiste coréenne.

    Cette dernière estime avoir le droit de procéder à des lancements de satellites, mais les Occidentaux affirment qu'il s'agit seulement d'essais destinés à maîtriser la technologie de fusées balistiques à longue portée capables notamment d'atteindre le territoire américain.

    A Washington et chez ses alliés européens, on s'active donc à trouver le moyen d'isoler davantage encore Pyongyang de la communauté internationale. Les Occidentaux accusent les Nord-Coréens de détenir plusieurs bombes nucléaires et de procéder à des essais atomiques afin de parvenir à les miniaturiser et les installer sur des missiles.

    Les experts estiment toutefois qu'elle est loin de posséder une puissance balistique fiable et que la mise au point d'une capacité nucléaire délivrable par missile intercontinental prendra encore beaucoup de temps.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.