GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Bolivie : le gouvernement nationalise deux compagnies d’électricité espagnoles

    media

    Après les hydrocarbures, certains gisements de minerais ou encore le transport de l’électricité, ce sont les compagnies de distribution d’électricité Electropaz et Elfeo qui passent sous contrôle de l’état, a annoncé Evo Morales ce samedi 29 décembre 2012. Les deux sociétés appartenaient au groupe espagnol Iberdrola, qui s’est déclaré surpris et a protesté contre la mesure, tout comme Madrid. Le président Evo Morales a expliqué que la décision avait été prise dans un souci de justice sociale, alors que l’armée et la police occupent les centrales et les bureaux des deux compagnies.

    Avec notre correspondant à La Paz, Reza Nourmamode

    Des militaires brandissant le drapeau bolivien sur le toit du siège d’Electropaz, et le vice-président Alvaro Garcia Linera qui entonne l’hymne national devant les locaux de la société nationalisée : le gouvernement a joint le symbole au décret d’expropriation.

    Une nationalisation justifiée par Evo Morales en personne, qui a critiqué la qualité du service et la disparité des tarifs pratiqués par Iberdrola. Le président bolivien a ainsi assuré que la compagnie faisait payer l’électricité jusqu’à près de trois plus cher dans les zones rurales que dans les villes.

    La question de l’indemnisation

    Quelques heures plus tard, le gouvernement espagnol a fait savoir qu’il « regrettait » cette nationalisation et a rappelé que la sécurité juridique était une condition indispensable aux investissements étrangers en Bolivie.

    La Paz a de son côté promis qu’une indemnisation basée sur la valeur des actions des deux entreprises serait versée à Iberdrola dans un délai maximum de 180 jours. En mai dernier, la Bolivie avait déjà exproprié le transporteur d'électricité TDE, filiale d’un autre groupe espagnol. Aucun accord sur l'indemnité à verser n'a encore été trouvé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.