Etats-Unis : le Sénat valide l'accord évitant le «mur budgétaire» - Amériques - RFI

 

  1. 11:00 TU Journal
  2. 11:15 TU Sessions d'information
  3. 11:30 TU Journal
  4. 11:33 TU Sessions d'information
  5. 12:00 TU Journal
  6. 12:10 TU Grand reportage
  7. 12:30 TU Journal
  8. 12:33 TU Sessions d'information
  9. 12:40 TU Accents d'Europe
  10. 13:00 TU Journal
  11. 13:10 TU Sessions d'information
  12. 13:30 TU Journal
  13. 13:33 TU Danse des mots
  14. 14:00 TU Journal
  15. 14:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  16. 14:30 TU Journal
  17. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  18. 15:00 TU Journal
  19. 15:10 TU Autour de la question
  20. 15:30 TU Journal
  21. 15:33 TU Autour de la question
  22. 16:00 TU Journal
  23. 16:10 TU Radio foot internationale
  24. 16:30 TU Journal
  25. 16:33 TU Radio foot internationale
  1. 11:00 TU Journal
  2. 11:15 TU Sessions d'information
  3. 11:30 TU Journal
  4. 11:33 TU Sessions d'information
  5. 12:00 TU Journal
  6. 12:10 TU Grand reportage
  7. 12:30 TU Sessions d'information
  8. 13:00 TU Journal
  9. 13:10 TU Sessions d'information
  10. 13:30 TU Journal
  11. 13:33 TU Danse des mots
  12. 14:00 TU Journal
  13. 14:10 TU Autour de la question
  14. 14:30 TU Journal
  15. 14:33 TU Autour de la question
  16. 15:00 TU Journal
  17. 15:10 TU Radio foot internationale
  18. 15:30 TU Journal
  19. 15:33 TU Radio foot internationale
  20. 16:00 TU Journal
  21. 16:10 TU Couleurs tropicales
  22. 16:30 TU Journal
  23. 16:33 TU Couleurs tropicales
  24. 17:00 TU Journal
  25. 17:10 TU Sessions d'information
fermer

Amériques

Barack Obama Crise économique Etats-Unis Finances

Etats-Unis : le Sénat valide l'accord évitant le «mur budgétaire»

media

Après des semaines de tergiversations, le Sénat américain a adopté ce mardi 1er janvier l'accord conclu avec la Maison Blanche afin d'éviter le « mur budgétaire ». Il intervient deux heures après le moment fatidique fixé au 31 décembre à minuit à partir duquel devaient entrer en vigueur les premières hausses d'impôts et coupes budgétaires automatiques de 600 milliards de dollars. Cet accord doit maintenant être approuvé par la Chambre des représentants où les républicains disposent de la majorité.

Avec nos correspondants à Washington, Jean-Louis Pourtet et Pierre-Yves Dugua

Pour Barack Obama, ou pour le leader de la majorité démocrate du Sénat, ce compromis est bon parce qu’il évite d’abord évidemment le précipice budgétaire qui aurait déclenché une récession. 

Le compromis impose 600 milliards de dollars de hausse d’impôt sur dix ans. Ce sont les premières hausses d’impôt depuis 20 ans aux Etats-Unis. Le texte préserve des éléments qui sont très chers aux démocrates comme le prolongement des indemnités versées aux chômeurs de longue durée, garantit aussi le maintien d’incitation fiscale à l’investissement, protège les classes moyennes de hausses d’impôts.

Pour les républicains modérés du Sénat qui ont négocié cet accord, le compromis est intéressant parce qu’il limite les hausses d’impôts aux foyers de plus de 450 000 dollars de revenus, ce qui est bien plus que ce que souhaitait Barack Obama initialement. Les hausses de taxe sur les dividendes, sur les plus values, les hausses de droit de succession sont également plus modestes que celles voulues initialement par les démocrates. Et pour les républicains, il y a ce principe de l’ouverture dans deux mois de négociations sérieuses pour réformer les régimes de santé, voire les régimes de retraite, ce qui est essentiel à leurs yeux pour réduire le déficit à long terme.

Deuxième round à la Chambre des représentants

L'accord a donc été trouvé, même si l’aile progressiste du camp démocrate estime que les concessions du président Obama sur les impôts sont excessives. Mitch McConnell, côté républicain, a donc réussi, lui aussi, à vendre le compromis à ses troupes.

Ce vote au Sénat entériné, la moitié du chemin seulement a été parcourue. En effet, la loi pour entrer en vigueur, doit encore être approuvée par la Chambre des représentants qui doit se réunir à la mi-journée.

Et là, les républicains qui sont majoritaires risquent d’opposer une résistance plus vigoureuse qu’au Sénat. Le président John Boehner doit en effet tenir compte des vues de la cinquantaine d’élus appartenant à la mouvance « tee-party ».

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.