GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti: Jean-Bertrand Aristide boude la première audience de son procès pour escroquerie

    media Des partisans de l'ancien président Bertrand Aristide ont manifesté devant le siège du parquet obligeant à une évacuation des plaignants, le 3 janvier 2013. REUTERS/Swoan Parker

    En Haïti, l'audience de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide a été repoussée à la semaine prochaine. Convoqué au parquet ce jeudi 3 janvier, l'ancien chef de l'Etat ne s'est pas présenté pour répondre des plaintes déposées contre lui. Il fait notamment face à des accusations d'escroquerie, d'abus de confiance, de vol et violence physique.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Ti Sony manifeste avec ses amis son désir de justice devant le parquet de Port-au-Prince. Enfant, il était l'un des petits protégés du président Aristide au sein de l'organisation «Famni se la vi» qui avait été fondée pour aider les enfants des rues.

    Mais âgé aujourd'hui de 32 ans, Ti Sony porte plainte contre Aristide pour violence physique et exploitation. « Aristide est venu me chercher chez ma mère à l'âge de 6 ans et m'exposer avec les autres enfants de 'Famni se lavi' tels des dessins animés, vous voyez, pour amasser tout son argent pour sa politique, explique Ti Sony. Nous étions petits pour comprendre, nous n'avions pas de maturité. Mais Aristide était au pouvoir et c'est lui qui maîtrisait tout. Il nous doit justice et réparation

    L'ancien président ne s'est pas présenté à l'audience

    Mais les partisans de l'ancien président sont venus en plus grand nombre devant le parquet. En urgence, la police a fait évacuer les plaignants.

    Le commissaire du gouvernement, Lucmane Délile, regrette que Jean-Bertrand Aristide ne se soit pas présenté : «Nous testons la bonne foi de l'ex-président Jean-Bertrand Aristide. La justice est une femme aveugle qui n'est pas dans les partis pris. Si des citoyens ont des griefs contre l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, il est normal que nous les entendions et faisions le suivi de leurs plaintes.»

    Une nouvelle convocation a été émise : Aristide est attendu mercredi prochain 9 janvier par le parquet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.