Venezuela: l'Assemblée nationale élit son président dans un contexte tourmenté - Amériques - RFI

 

  1. 16:10 TU Radio foot internationale
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Radio foot internationale
  4. 17:00 TU Journal
  5. 17:10 TU Sessions d'information
  6. 17:30 TU Journal
  7. 17:33 TU Sessions d'information
  8. 17:40 TU Accents d'Europe
  9. 18:00 TU Journal
  10. 18:10 TU Accents du monde
  11. 18:30 TU Journal
  12. 18:33 TU Sessions d'information
  13. 18:40 TU Débat du jour
  14. 19:00 TU Journal
  15. 19:10 TU Ici l'Europe
  16. 19:30 TU Journal
  17. 19:40 TU Sessions d'information
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:10 TU La bande passante
  20. 20:30 TU Journal
  21. 20:33 TU La bande passante
  22. 21:00 TU Journal
  23. 21:10 TU Couleurs tropicales
  24. 21:30 TU Journal
  25. 21:33 TU Couleurs tropicales
  1. 16:10 TU Couleurs tropicales
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Couleurs tropicales
  4. 17:00 TU Journal
  5. 17:10 TU Sessions d'information
  6. 17:30 TU Journal
  7. 17:33 TU Sessions d'information
  8. 17:40 TU Accents d'Europe
  9. 18:00 TU Journal
  10. 18:10 TU Ici l'Europe
  11. 18:30 TU Sessions d'information
  12. 19:00 TU Journal
  13. 19:10 TU Accents du monde
  14. 19:30 TU Journal
  15. 19:40 TU Débat du jour
  16. 20:00 TU Journal
  17. 20:10 TU La bande passante
  18. 20:30 TU Journal
  19. 20:33 TU La bande passante
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Radio foot internationale
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Radio foot internationale
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information
fermer

Amériques

Hugo Chavez Venezuela

Venezuela: l'Assemblée nationale élit son président dans un contexte tourmenté

media

C'est la rentrée parlementaire ce samedi 5 janvier au Venezuela, avec l’élection du président de l’Assemblée nationale. Ce scrutin survient tandis que le président Hugo Chavez est toujours à Cuba où il fait soigner son cancer depuis le 11 décembre. Le député élu demain dimanche par ses pairs sera probablement amené à assurer l’intérim en cas de décès du président.

Avec notre correspondant à Caracas, Pierre-Philippe Berson

Il n’y aura pour une fois pas de suspense au Venezuela. Alors que les habitants attendent nerveusement des nouvelles en provenance de Cuba sur l’état de santé de leur président Hugo Chavez, le résultat du vote de ce samedi est presque connu d’avance

Diosdado Cabello, candidat à sa réélection, devrait conserver son poste de président de l’Assemblée nationale. Ce militaire de 50 ans est l’un des plus proches collaborateurs du président Chavez. Il est également l’homme fort du Parti socialiste unifié du Venezuela et s’apprête à occuper le perchoir vénézuélien une année supplémentaire.

Ce poste le place au troisième rang des personnalités les plus puissantes du pays. En cas de décès d'Hugo Chavez d'ici le 10 janvier, date prévue de son investiture, c’est lui qui se chargera d’assurer l’intérim à la tête de l’Etat pendant 30 jours, délai nécessaire à l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle.

Avec ce très probable succès, le parti chaviste confirme ses excellents scores électoraux. Après la facile victoire d’Hugo Chavez en octobre, le parti du président a remporté 20 des 24 régions lors des élections locales de décembre.

Depuis quelques jours, le ton monte non seulement entre les Chavistes et l'opposition, mais également au sein même des Chavistes. Nicolas Maduro, vice-président jusqu'à 23h59, le 9 janvier, a été désigné par Chavez comme son dauphin avant que le Commandante ne parte à la Havane subir une opération, ce qui n'est pas forcément du gout de l'ensemble du mouvement chaviste. Désormais, les manœuvres politiques apparaissent au grand jour.

Il s'agît là de trouver des appuis au sein de l'armée vénézuélienne, mais également parmi ceux que la presse appelle les Boliburgueses, qui sont en fait les entrepreneurs et les hauts-fonctionnaires qui travaillent main dans la main avec le gouvernement actuel. Une question se pose : pourquoi les Chavistes sont en train de chercher des appuis ? La réponse est simple : en début d'après-midi, la nouvelle Assemblée entre en fonction. Les élus vont choisir un nouveau président. Et cette élection pourrait bien marquer une rupture au sein de mouvement chaviste. Une rupture qui pourrait fermer les portes du pouvoir à Nicolas Maduro.

Forte pression sur le nouveau président de l’Assemblée

Qui dit entrée en fonction de la nouvelle Assemblée dit forcément élection d'un nouveau président de cette Assemblée. Et celui qui sera choisi aura une pression énorme sur ses épaules. Il peut décider qu'en cas d'absence de Chavez le 10 janvier, il assumerait l'intérim à la tête de l'Etat et convoquerait de nouvelles élections. Pour cela, il faut que l'absence de Chavez soit actée comme une absence absolue, ce que la Constitution appelle « Falta absoluta ».

Il peut aussi décider de suivre les recommandations de Nicolas Maduro puisqu'Hugo Chavez n'est pas un président nouvellement élu, mais un président réélu. il y a donc en quelque sorte, une continuité du pouvoir. Si tel est le cas, le Tribunal suprême de justice pourrait investir Chavez à une date ultérieure.

D'autres hypothèses plausibles existent encore. Toutes ces variantes sont en fait une conséquence du flou qui entoure la Constitution vénézuélienne. Très approximative sur certains points, elle peut être interprétée de différentes manières. L'opposition en profite, de même que Nicolas Maduro.

Ce soir, on devrait en savoir un peu plus sur ce qui est susceptible d'arriver jeudi 10 janvier, jour de l'investiture d'Hugo Chavez.

RFI

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.