GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Janvier
Dimanche 15 Janvier
Lundi 16 Janvier
Mardi 17 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 19 Janvier
Vendredi 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    C'est par le biais d'un de ses canaux de transmission habituels, le site d'information mauritanien Al-Akhbar, que le groupe du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, rallié à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a revendiqué l'attentat kamikaze du camp de Gao, dans le nord du Mali, qui a fait ce mercredi une soixantaine de morts et une centaine de blessés.

    Amériques

    Haïti : l'ancien président Aristide entendu par la justice

    media

    Jean-Bertrand Aristide a été entendu à son domicile le 9 janvier par la justice. L'ancien président de la République n'avait pas répondu à la première convocation du parquet la semaine dernière. Titid, comme le surnomment ses partisans, fait face à deux plaintes pour « crimes économiques, vols, abus de confiance et association de malfaiteurs ».

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Les partisans de l'ancien président sont venus en nombre manifester devant le parquet de Port-au-Prince. Portraits d'Aristide en main, ils dénoncent une persécution politique contre leur leader. Au même instant, mais à quelques kilomètres, c'est au domicile de Jean-Bertrand Aristide, que le commissaire du gouvernement Lucmane Délile a mené l'audition. Il déclare :

    « Tout c'est passé dans le calme, dans la sérénité. Il est question de sa sécurité, comme c'est un ancien chef d'Etat, nous étions d'accord de l'entendre à son domicile. Les détracteurs dénoncent une persécution ; nous disons que non, ce n'est pas le cas. Quand un citoyen porte plainte contre un autre, il faut entendre les deux parties, ce que l'ancien président a bien compris et il n'avait aucun problème avec ça donc le dossier suit son cours ».

    Les plaintes déposées contre Aristide doivent maintenant être examinées par un juge d'instruction mais le dossier est sensible vu la popularité encore forte de l'ancien président auprès des habitants des quartiers défavorisés de la capitale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.