Haïti : l'ancien président Aristide entendu par la justice - Amériques - RFI

 

  1. 22:30 TU Sessions d'information
  2. 23:00 TU Journal
  3. 23:10 TU Accents d'Europe
  4. 23:30 TU Journal
  5. 23:33 TU Danse des mots
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Accents d'Europe
  9. 23:30 TU Journal
  1. 22:30 TU Sessions d'information
  2. 23:00 TU Journal
  3. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  4. 23:30 TU Journal
Urgent

■ Edition spéciale sur les antennes de RFI vendredi 31 octobre entre 6h30 TU et 8h TU.
■ Le vote sur l'article 37 de la Constitution a été annulé.
■ L’aéroport de Ouagadougou est fermé. Tous les vols au départ ou à l’arrivée de la capitale bukinabè sont suspendus.
■ L'armée a annoncé la dissolution de l'Assemblée, l'instauration d'un couvre-feu et la mise en place d'une équipe de transition à la tête du pays.
■ Malgré les demandes pressantes de la rue, Blaise Compaoré assure qu'il ira jusqu'au bout de son mandat mais appelle à la formation d'un gouvernement de transition. Il suspend l'état de siège dans le pays.
■ Numéro burkinabè spécial pour les ressortissants français : 50.49.66.20.

fermer

Amériques

Haïti Justice

Haïti : l'ancien président Aristide entendu par la justice

media

Jean-Bertrand Aristide a été entendu à son domicile le 9 janvier par la justice. L'ancien président de la République n'avait pas répondu à la première convocation du parquet la semaine dernière. Titid, comme le surnomment ses partisans, fait face à deux plaintes pour « crimes économiques, vols, abus de confiance et association de malfaiteurs ».

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Les partisans de l'ancien président sont venus en nombre manifester devant le parquet de Port-au-Prince. Portraits d'Aristide en main, ils dénoncent une persécution politique contre leur leader. Au même instant, mais à quelques kilomètres, c'est au domicile de Jean-Bertrand Aristide, que le commissaire du gouvernement Lucmane Délile a mené l'audition. Il déclare :

« Tout c'est passé dans le calme, dans la sérénité. Il est question de sa sécurité, comme c'est un ancien chef d'Etat, nous étions d'accord de l'entendre à son domicile. Les détracteurs dénoncent une persécution ; nous disons que non, ce n'est pas le cas. Quand un citoyen porte plainte contre un autre, il faut entendre les deux parties, ce que l'ancien président a bien compris et il n'avait aucun problème avec ça donc le dossier suit son cours ».

Les plaintes déposées contre Aristide doivent maintenant être examinées par un juge d'instruction mais le dossier est sensible vu la popularité encore forte de l'ancien président auprès des habitants des quartiers défavorisés de la capitale.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.