GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: la dette, le Congrès et la pièce de monnaie miraculeuse

    media Le Congrés américain doit statuer sur le relèvement du plafond de la dette. REUTERS/Joshua Roberts

    Le mois prochain, les Etats-Unis seront de nouveau, comme en 2011, au bord du défaut de paiement si le Congrès n’approuve pas le relèvement du plafond de la dette. Une nouvelle bataille homérique se prépare entre la Maison Blanche et les républicains de la Chambre des représentants. Peut-elle être évitée par la frappe d’une seule pièce de monnaie ?

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    L’idée est farfelue. Mais même s'il la trouve idiote, le Nobel d’économie Paul Krugman  la juge conforme à l’esprit de la loi. Il s’agirait pour l’Hôtel des monnaies de frapper une pièce en platine d’une valeur de 1 000 milliards de dollars. Elle serait placée en dépôt à la Banque centrale, pour lui racheter une valeur égale d’obligations d’Etat américaines.

    Cela permettrait de faire baisser le niveau de la dette jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé sur un relèvement du plafond. Cela fait, le Trésor pourrait racheter sa pièce en rendant à la Banque centrale 1 000 milliards en obligations d’Etat.

    L’avantage de cette manoeuvre, c’est qu’elle éviterait d’avoir un spectacle identique à celui de l’été 2011 où un accord n’était intervenu qu’à la onzième heure, alors que l’Etat était sur le point de manquer un versement d’intérêts échus et que les marchés financiers s’affolaient.

    La suggestion d’une pièce miraculeuse a reçu le soutien de certains démocrates, mais a été rejetée par les républicains qui veulent utiliser les négocations sur la dette pour obtenir la réduction des dépenses publiques. Le Trésor et la Maison Blanche ont dit non à une pièce qui aurait fait rêver bien des numismates.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.