GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Attaque du consulat américain de Benghazi: Hillary Clinton sous le feu des questions du Congrès

    media

    La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, qui doit quitter ses fonctions prochainement, était auditionnée ce mercredi 23 janvier par le Sénat et la Chambre des représentants sur l’attaque du consulat de Benghazi, en Libye.  Quatre Américains y avaient été tués le 11 septembre dernier.

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    En cinq heures d’audition, Hillary Clinton est passée par toutes les émotions, ce mercredi 23 janvier. C’est d’une voix tremblante qu’elle évoque d'abord le retour à Washington des quatre corps des victimes de l’attaque de Benghazi. « J’ai pris dans mes bras les mères et les pères, les frères et les sœurs, les fils et les filles, les épouses qui devront éduquer leurs enfants seules », raconte-t-elle.

    Face à la secrétaire d’Etat, les élus républicains questionnent. L’administration a-t-elle essayé d’étouffer l’affaire ? « Pourquoi l’ambassadrice aux Nations unies a-t-elle d’abord affirmé que l’attaque n’était pas terroriste ? », interroge un sénateur, puis un second, puis un troisième.

    Là, Hillary Clinton s’énerve : « Avec tout le respect que je vous dois, le fait est que quatre Américains sont morts. Etait-ce à cause d’une manifestation où parce que des gars sont sortis un soir et ont décider d’aller tuer des Américains ? Quelle différence cela fait-il aujourd’hui ? Notre boulot, c’est de comprendre ce qui s’est passé et d’empêcher que ça se reproduise. »

    « Des gens ont accusé Susan Rice d’avoir trompé les Américains. Rien n’est plus éloigné de la vérité » affirme encore la secrétaire d'Etat. Assurant « assumer la responsabilité » du drame de Benghazi, celle-ci a toutefois soigneusement évité l’autocritique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.