GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Accord entre l'Argentine et l'Iran pour une commission vérité sur l'attentat d'une mutuelle juive en 1994

    media La présidente argentine Cristina Kirchner, à La Havane, le 11 janvier 2013. REUTERS/Enrique De La Osa

    L’Argentine et l’Iran sont parvenus à un accord au sujet de l’enquête sur l’attentat qui avait détruit les locaux de la mutuelle juive Amia à Buenos Aires, en juillet 1994. Jusqu’ici, Téhéran avait refusé de collaborer avec la justice argentine, qui accuse le gouvernement iranien de l’époque d’être à l’origine de l’attentat, qui avait fait 85 morts. Pour sortir de l’impasse, l’Argentine a engagé des négociations avec l’Iran, qui ont abouti ce dimanche 27 janvier, à Addis-Abeba en Ethiopie, à la création d’une commission de la vérité.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    Composée de juristes internationaux indépendants, la commission devra étudier les informations sur l’attentat que lui transmettront les justices argentine et iranienne.

    Parmi celles-ci : les preuves rassemblées par le juge en charge de l’enquête à Buenos Aires, pour qui l’attentat, exécuté par le Hezbollah libanais, a été commandité par l’Iran.

    C’est sur la base de cette enquête que plusieurs Iraniens, dont l’actuel ministre de la Défense Ahmad Vahidi, sont recherchés par Interpol. Téhéran, qui a toujours nié sa participation dans cette affaire, affirme que le juge argentin a suivi une fausse piste.

    En ce sens, le fait que la justice iranienne puisse fournir des informations à la commission peut être considéré comme un recul du gouvernement de la présidente Cristina Kirchner.

    Mais l’accord prévoit également que les personnes recherchées par Interpol soient interrogées à Téhéran par des représentants de la justice argentine, ce que l’Iran refusait jusqu’ici.

    En dépit de cette apparente concession, les organisations juives argentines et les familles des victimes, convaincues qu’il n’y a rien à attendre du gouvernement iranien, devraient réaffirmer leur scepticisme et leur méfiance à l’égard des négociations entre les deux pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.