GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
Aujourd'hui
Vendredi 2 Septembre
Samedi 3 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'opposant gabonais a affirmé à l'Agence France-Presse que son quartier général à Libreville avait été pris d'assaut par les forces de sécurité dans la nuit de mercredi à jeudi, quelques heures après l'annonce de la réélection du président Ali Bongo Ondimba. «Ils ont attaqué vers 1h [locale, minuit TU]. C'est la garde républicaine. Ils ont bombardé par hélicoptères puis ils ont attaqué au sol», a déclaré Jean Ping par téléphone à l'AFP, précisant qu'il n'était pas sur les lieux. Il parle de 19 blessés «dont certains très graves».

    Amériques

    Attentat de l'Amia : les organisations juives d'Argentine rappellent la responsabilité de l'Iran

    media

    Un accord passé avec l'Iran fait des remous en Argentine : il institue en effet une commission indépendante pour faire la lumière sur l'attentat contre la mutuelle juive Amia, qui a fait 85 morts en juillet 1994 à Buenos Aires. Les organisations qui représentent la communauté juive du pays, la plus importante d'Amérique latine, rappellent que la justice argentine a déjà conclu à la responsabilité de Téhéran dans l'attentat, et qu'Interpol a lancé des mandats d'arrêt internationaux contre des Iraniens - dont l'actuel ministre de la Défense Ahmad Vahidi.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    Le président de l'Association mutuelle israélite argentine (Amia), Guillermo Borger, dit craindre un recul de la vérité, à la faveur de l'accord passé par Buenos Aires avec l'Iran : « La constitution d'une commission vérité indépendante pourrait impliquer que les conclusions de l'enquête judiciaire ayant donné lieu aux mandats d'arrêt lancés par Interpol ne représentent pas la vérité. »

    Pourtant, dans leurs déclarations à la presse, les dirigeants juifs sont plus nuancés, comme Julio Schlosser, président de la Délégation des associations israélites argentines (DAIA) : « Nous avons présenté nos objections à une partie de cet accord et nous ne sommes pas préoccupés par l'endroit où seront interrogés les suspects, pour autant que soient respectées les conditions pour que ces interrogatoires soient ce qu'ils doivent être. »

    La possibilité, prévue dans l'accord, d'interroger les suspects iraniens à Téhéran, représente une ouverture. Jusqu'ici, la situation était bloquée, l'Iran ayant toujours nié sa responsabilité dans l'attentat et refusé que les inculpés soient présentés à la justice argentine. 

    Mais les organisations juives, relayées par l'opposition, craignent que les autorités de Buenos Aires n'aient été embarquées dans une opération de diversion, qui permettrait à l'Iran de gagner du temps.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.