GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Guatemala: l'ex-dictateur Efrain Rios Montt jugé pour génocide

    media José Efraín Ríos Montt, l'ancien dictateur du Guatemala. D.R.

    Un procès pour génocide et crimes contre l'humanité s'est ouvert mercredi 30 janvier au Guatemala. Sur le banc des accusés, l'ancien chef d'Etat José Efrain Rios Montt et l'ex-responsable des renseignements militaires, José Mauricio Rodriguez Sanchez. Les deux seront jugés pour leur responsabilité dans une quinzaine de massacres commis au début des années 80, en pleine guerre civile. Ces massacres ont fait plus de 1700 morts parmi une ethnie indienne vivant dans une région dans le nord du pays qui devenue l'épicentre du conflit entre le gouvernement et la guérilla.

    Les Ixils, une ethnie descendante des Mayas, ont été particulièrement touchés par la guerre civile qui a ravagé le Guatemala pendant 36 ans. Les autorités soupçonnaient les Ixils de soutenir les rebelles et lançaient des attaques contre des villages autochtones.

    Entre 1982 et 1983, plus de 1 700 indiens, hommes femmes et enfants, ont été tués par l'armée. Ces exactions systématiques faisaient partie de la politique de terre brûlée, décidée par le dictateur de l'époque, José Efrain Rios Montt. Avec un autre général, il sera à présent jugé pour génocide et crimes contre l’humanité. C’est une première en Amérique Latine. L'accusé nie les charges retenues contre lui et s'estime totalement innocent.

    Le gouvernement actuel refuse de commenter le procès. « Nous respectons l'indépendance des pouvoirs », a juste fait savoir le président Otto Pérez Molina. Il y a un an, Molina affirmait encore publiquement qu'il n'y avait jamais eu de génocide dans le pays.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.