GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Equateur: un candidat à l'élection présidentielle victime d'un enlèvement «express»

    media

    En Equateur, la délinquance vient de faire une nouvelle victime de marque : le candidat du mouvement SUMA, en lice pour l’élection présidentielle du 17 février prochain. Mauricio Rodas a été victime d’un délit commun en Equateur et en Amérique latine, l’enlèvement « express ».

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    Samedi matin à l’aube, Mauricio Rodas atterrit à Quito sous la pluie. Il rentre d’une journée de campagne à Cuenca, dans le sud du pays. Il y avait comme d’habitude insisté sur l’un de ses thèmes de prédilection, la lutte contre l’insécurité. « La délinquance est probablement en tête des préoccupations du pays. L’insécurité ces dernières années a augmenté au lieu de se réduire, ce qui est clairement un échec du gouvernement », avait-il lancé à la foule.

    A l’aéroport, le candidat à la présidentielle prend un taxi pour rentrer chez lui. En chemin, deux hommes rentrent de force dans la voiture. Ils le frappent, lui envoient du gaz dans les yeux. C’est le scénario habituel. Une fois incapable de réagir, Rodas doit livrer les codes de ses cartes de crédit. Il est dépouillé de tout : téléphones portables, argent liquide, montre, anneau de mariage.

    Ironiquement, le candidat avait proposé une solution il y a peu pour limiter ce genre de délit. « Nous allons éliminer le marché des biens volés en contrôlant de façon effective celui des marchandises d’occasion. Nous allons concentrer les vendeurs dans certaines zones sous le contrôle de la police et des impôts pour les obliger à travailler de manière formelle », avait-il annoncé.

    Au bout d’une heure, Rodas a été relâché au Sud de la capitale. Il a porté plainte et voit dans sa mésaventure une nouvelle preuve de ce que vivent chaque jour des milliers d’Equatoriens.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.