GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Equateur : Rafael Correa suspend sa campagne après le meurtre de deux sympathisants

    media

    Le président équatorien Rafael Correa, candidat à sa propre succession lors des élections du 17 février prochain, a suspendu le 5 février sa campagne, au lendemain du meurtre de deux sympathisants, lors d'un meeting. Cela fait deux fois en quelques jours que la délinquance s’invite dans la campagne électorale. Le candidat présidentiel Mauricio Rodas a été victime d'un enlèvement express le 2 février.

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    Le suspect est bien connu des services de police. Âgé de 40 ans, José Micolta est un vendeur ambulant de jus de fruits connu comme « Cuco ». C’est un homme violent déjà arrêté trois fois pour vol, possession et usage de drogue, port d’arme illégal.

    Lundi soir, il s’est rendu au meeting que tenait le président-candidat Rafael Correa dans la ville de Quinindé. Il avait passé toute la journée à boire sans travailler, selon plusieurs témoins. Dès son arrivée, un incident l’a opposé à un partisan de Rafael Correa. Il est alors retourné chez lui, est revenu avec un couteau et a immédiatement attaqué des membres du public. Une femme de 63 ans et un homme de 28 ont été tués, et cinq personnes ont été blessées.Le suspect a été transféré à une prison de la capitale.

    Le président Correa a interrompu sa campagne électorale mardi. Il a passé une partie de la journée avec les familles des victimes. De retour à Quito, il a confirmé dans la soirée que le drame n’était pas un attentat politique mais un incident isolé. Correa a remercié cinq des sept candidats d’opposition qui ont rendu publique leur solidarité avec le mouvement officiel Pays et n’ont pas essayé, selon le président, de « politiser » l’incident.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.