GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: l'homme qui a tué Oussama Ben Laden se livre

    media La maison des Ben Laden, où l'ancien dirigeant d'al-Qaïda est mort en mai 2011, a été détruite par les autorités pakistanaises en février 2012. AFP PHOTO/ AAMIR QURESHI

    C’est une interview qui fait couler beaucoup d’encre aux Etats-Unis. Le magazine américain Esquire publie cette semaine un long entretien entre le journaliste Phil Bronstein et l’homme qui a tué Oussama Ben Laden. Sous couvert d’anonymat, l’ancien membre des Navy Seals raconte le raid mené ce fameux soir de mai 2011 en plein cœur du Pakistan. Mais il détaille également une situation personnelle surprenante. Agé de 35 ans, ce père de famille est aujourd’hui sans protection sociale.

    De notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    Seize ans, c’est le temps passé dans la Marine par celui qu’Esquire désigne simplement comme « le tireur ». Seize années d’engagement militaire jusqu’aux très prestigieux commandos secrets Navy Seals et à cette mission à Abbottabad au Pakistan, le 2 mai 2011.

    Il raconte sobrement cette nuit pas comme les autres. « Ce n’était pas la plus dangereuse mission de ma carrière ». « Tout est allé très vite », explique le « tireur » qui affirme n’avoir pas reçu l’ordre direct d’abattre Ben Laden. « C’était juste implicite ».

    Pas le droit à une retraite

    Seize années d’engagement militaire, c’est quatre de moins que le minimum requis pour avoir droit à une retraite, aux Etats-Unis. Peu importe qu’il ait été déployé sur le terrain à plusieurs reprises, qu’il ait tué à lui seul une trentaine « d’ennemis combattants », que parmi ces ennemis figure le terroriste le plus recherché au monde. Le « tireur » affirme avoir été abandonné par le gouvernement qu’il a servi.

    Relayée par tous les médias américains, l’interview suscite de nombreuses réactions. Sur le site de CNN, les internautes expriment leur indignation à l’encontre d’un gouvernement trop peu reconnaissant. Ou contre un militaire qui a fait le choix de quitter l’armée et qui souhaiterait aujourd’hui un traitement de faveur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.