GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti : l'ONU appelle à un accord national pour sortir de l'impasse électorale

    media Le président haïtien Michel Martelly (g) lors d'une conférence de presse, le 19 juin 2012. REUTERS/Swoan Parker

    Le débat politique est toujours dans l'impasse en Haïti. Les élections locales et sénatoriales auraient dû avoir lieu en novembre 2011 mais, depuis, les pouvoirs exécutif et législatif ne parviennent pas à s'entendre pour former le conseil chargé d'organiser les scrutins. La Minustah, la Mission de l'ONU pour la stabilisation en Haïti, appelle les politiciens du pays à trouver un accord au plus tôt.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Le Parlement haïtien accuse le pouvoir exécutif de vouloir contrôler les élections à venir. Le gouvernement déplore, lui, le blocage opéré par les sénateurs. Nommé il y a deux semaines chef par intérim de la mission de l'ONU en Haïti, Nigel Fisher est un peu découragé face à cette situation :

    « La politique depuis des décennies, c’est "je gagne tout ou je perds tout". C’est une politique d’exclusion et pas de collaboration. Il y a vraiment une impasse politique. Les élections qui devaient avoir lieu, il y a treize mois, vont être très compliquées. Nous estimons que nous aurons peut-être, 25 000 candidats pour tous les postes ouverts. Notre message, pas seulement le nôtre, Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti, Ndlr.), mais aussi celui des pays amis d'Haïti, c'est qu'il faut avancer. Il faut avoir des élections ouvertes, crédibles. On ne va pas financer les élections si elles ne sont pas crédibles. »

    Ce n'est actuellement que la composition du conseil électoral qui oppose parlementaires et pouvoir exécutif. Avant d'arriver au vote, et en raison du retard de plus d'un an, il faudra encore réviser la loi électorale, mais aussi décider des dates de scrutin puis trouver les financements nécessaires. Un processus qui prendra six mois au minimum.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.