GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Marée noire aux Etats-Unis: BP accusé de «culture du mépris de la sécurité»

    media Golfe du Mexique, au large de la Louisiane, le 13 juin 2010. REUTERS/Sean Gardner/Files

    Aux Etats-Unis, le procès civil de BP s’est ouvert ce lundi 25 février. Le géant pétrolier est poursuivi pour sa responsabilité dans la marée noire du golfe du Mexique, en avril 2010. L’audience pourrait durer plusieurs mois. Cette première journée était consacrée aux causes de la catastrophe.

    Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

    Négligence, laxisme et appât du gain. Ce sont les raisons qui ont mené à l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon le 20 avril 2010 au large des côtes de Louisiane, estime l’avocat des autorités fédérales.

    Au premier jour du procès civil, Michael Underhill ne mâche pas ses mots. Il y avait chez BP une « culture du mépris de la sécurité », affirme l’avocat selon lequel des « actions dangereuses étaient tolérées, parfois encouragées » par l’entreprise pétrolière « pour économiser le moindre dollar ».

    Un responsable sécurité peu compétent

    Avant lui, l’avocat de plusieurs milliers de victimes de la marée noire avait dénoncé le manque de compétence du responsable sécurité de la plateforme. « Sa formation s’est limitée à trois jours et, chose incroyable, il n’est jamais monté à bord de Deepwater Horizon », s’est étonné Jim Roy. L’entreprise propriétaire de la plateforme, Transocéan, est également poursuivie ainsi que le sous-traitant Halliburton qui avait construit le coffrage en ciment du forage.

    Deux sociétés avec lesquelles BP aimerait bien partager la responsabilité de la catastrophe. Déjà condamnée au pénal à verser plus de 12 milliards de dollars d’amende et de dommages-intérêts, la compagnie pétrolière est bien décidée à éviter une condamnation au civil. Quelque 17 milliards supplémentaires sont en jeu, une raison suffisante pour parvenir à un accord à l’amiable avant la fin du procès.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.