GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nicolas Maduro accuse les Etats-Unis et Israël de préparer un complot contre le Venezuela

    media Le vice-président et héritier désigné d'Hugo Chavez, Nicolas Maduro. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Au Venezuela, on a craint le pire ce mardi 5 mars. Alors que pays s’attendait à l’annonce du décès du président Hugo Chavez, gravement malade d’un cancer, le vice-président Nicolas Maduro s’est, lui, durement attaqué aux Etats-Unis et à Israël, accusés de fomenter un complot contre le Venezuela.

    Avec notre correspondant à Caracas, Pierre-Philippe Berson

    La scène ressemble à l’annonce d’un drame. Tous les hauts dignitaires du régime se retrouvent à Miraflores, le palais présidentiel. Ministres, hauts gradés de l’armée et gouverneurs… Tous ont le visage grave. Jamais une telle réunion n’avait été organisée depuis le début de la maladie d’Hugo Chavez. Le pays s’attend donc au pire.

    Finalement, le vice-président Nicolas Maduro accuse les « ennemis » du pays (Israël et les Etats-Unis) de vouloir déstabiliser le régime en lançant des rumeurs sur la santé de Chavez.

    Le vice-président va encore plus loin. Il sous-entend que le cancer d’Hugo Chavez n’est pas « naturel » et qu’il pourrait être victime d’un empoisonnement. Les autorités lancent donc une enquête médicale pour déterminer les causes de la maladie du président.

    Pour finir, le gouvernement annonce l’expulsion de deux diplomates américains de l’ambassade des Etats-Unis à Caracas. Ils sont accusés de préparer une conspiration pour déstabiliser le pays.

    Signe de paranoïa, de fébrilité ou démonstration de force ? Ces décisions viennent crisper une situation politique déjà incertaine à la tête de l’Etat.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.