GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Qui pour reprendre le flambeau de Hugo Chavez en Amérique latine?

    media Hugo Chavez et le président équatorien Rafael Correa, le 26 mars 2010 à Quito. Reuters / G. Granja

    Rafael Correa vient d’être réélu triomphalement pour quatre ans. C’est un tribun qui sait attirer l’attention des médias. Il revendique un rôle dominant pour l’Etat. L’Equateur est membre de l’ALBA, l’Alliance des pays bolivariens. Donc, sur le plan du discours, Correa sera sans doute l’un de ceux qui essaiera de maintenir vivant l’idéal bolivarien, la défense du concept de socialisme du 21e siècle qu’il revendique.

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    L’Equateur se porte plutôt bien. Mais a-t-il les moyens pour aller plus loin ? Le pays est « dollarisé », l’inflation est maîtrisée autour de 4 à 5%, la croissance est élevée, le pays a plus de possibilités que la Bolivie d’Evo Morales, le Nicaragua d’Ortega ou même l’Argentine qui commence à avoir de sérieux problèmes économiques. Mais cela ne donne toujours pas à Rafael Correa les moyens dont disposait Chavez pour, par exemple, porter Cuba à bout de bras. L’Equateur exporte du pétrole mais sa production est 4 ou 5 fois moins importante que celle du Venezuela. L’Equateur peut donc porter le discours bolivarien mais il n’a pas le carnet de chèques dont disposait Chavez.

    Il faut diviser l’héritage de Chavez. Son côté provocateur a priori ne sera pas remplacé. Être capable de dire aux Nations unies « ça sent le soufre » en référence à George W. Bush. Ce genre de truculence, ça ne s’invente pas. Côté intégration, il y a pléthore de candidats puisque tous les chefs d’Etat de la région ont fait de l’intégration latino-américaine une partie centrale de leurs discours.

    Pour le reste, il y a beaucoup de gauches différentes en Amérique latine mais le pays dominant en géographie, en économie, celui que beaucoup voient comme un modèle, c'est le Brésil. Il est difficile d’être un modèle quand on a d’énormes problèmes économiques comme le Venezuela. Le pétrole et Chavez arrivaient à camoufler tout ça. Reste à voir si Maduro en sera capable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.