GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les Vénézuéliens partagés sur la mort de Chavez

    media Des Venézuéliennes pleurant la mort de Hugo Chavez, Caracas, le 6 mars 2013. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Sitôt après l’annonce du décès, une foule s’est massée dans le centre de Caracas. Les partisans d’Hugo Chavez se sont rassemblés jusqu’à tard dans la nuit, pour déclarer leur amour pour El Comandante. Mais si Hugo Chavez était adulé par certains, une partie de la population haïssait ce militaire, chantre du socialisme du XXIe siècle.

    Avec notre correspondant à Caracas, Pierre-Philippe Berson

    Ils sont un millier débout sur la place. Tous ou presque portent un objet ou un vêtement à l’effigie de Hugo Chavez. Certains ont un bandeau qui leur barre le front, avec ce message « Chavez toujours parmi nous ».

    La foule est calme et silencieuse. Quelques « viva Chavez » sont scandés ça et là. Mais le cœur n’y est pas. Douglas Gutierrez a la casquette du Comandante vissée sur la tête. Il a fait deux heures de route depuis sa lointaine banlieue pour venir dans le centre historique de Caracas, il retient ses larmes avant de parler : « Aujourd’hui on pleure la disparition physique de notre leader, de notre Comandante. Mais je veux vous rappeler que ses ordres restent bien présents,

    qu’il reste vivant dans nos coeurs. A Chavez, je veux lui dire, au-revoir camarade ! Le combat continue ».

    Le gouvernement vient de décréter 7 jours de deuil national. Les écoles et les administrations seront fermées. Le pays va fonctionner au ralenti. Douglas s’est promis de revenir tous les jours sur cette place. Lui et les autres aimeraient rester ici toute la nuit. Mais Caracas devient dangereuse le soir venu. Alors, drapeaux sous le bras, ils repartent chez eux. Pour faire le deuil à la maison, en famille. Comme s’ils avaient perdu un proche.

    Les anti-Chavez

    Dès l’annonce du décès, quelques habitants de Caracas n’ont pas pu contenir leur joie. Avec des klaxons et un grand sourire, ils reçoivent la nouvelle comme une victoire. Dans l’est de la capitale, dans les zones chics avec ses villas surprotégées et ses voitures de luxe, Hugo Chavez était détesté.

    Ses nationalisations, ses expropriations et ses discours virulents contre la bourgeoisie étaient perçus comme des déclarations de guerre permanente. Miguel Gonzalez est un jeune étudiant anti-chaviste radical. Il a accueilli la nouvelle avec le sourire : « Je me suis dit Woua…Enfin ! En ce moment, j’ai plusieurs amis qui trinquent et qui célèbrent le décès de Chavez. Moi non, parce que ça ne ce fait pas, et aussi parce que j’ai peur. Qu’est-ce que va se passer pour le pays ? Il va peut-être y avoir un coup d’Etat… ».

    Le leader de l’opposition Henrique Capriles a lancé un message d’unité au pays. Le chef de la MUD, une vaste coalition de centre-droit a adressé un message de solidarité à tous partisans d’Hugo Chavez.

    Ces appels à l’union sacrée ne devraient pas durer longtemps, la Constitution prévoit la tenue d’une nouvelle élection dans les 30 jours qui suivent la mort du président.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.